Entreprises

Change manuel: La réglementation se durcit

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5329 Le 06/08/2018 | Partager
Les opérateurs doivent faire évoluer leur système d’information
La conformité des logiciels exigée par la tutelle
Les éditeurs invités à procéder aux mises à jour sans délai

L’office des changes durcit le cahier des charges du logiciel de traitement des opérations de change manuel. Dans un avenant publié le 30 juillet dernier, l’Office précise les modifications à apporter à leur système d’information. La nouvelle clause fait suite à la publication, quelques jours auparavant, de l’instruction régissant l’activité (cf. L’Economiste édition n°5318 du 19/07/2018).

Concrètement, la nouvelle dotation «pèlerinage» devra intégrer les systèmes d’information. Celle-ci s’ajoute aux quatre autres existantes (dotation touristique, scolarité, immigration ainsi que la dotation stage et mission à l’étranger). Le logiciel de traitement prendra en charge les modifications en intégrant la dotation «pèlerinage» sous le code 380.

Pour 2018, les cambistes sont habilités à délivrer sous forme de billets de banque une dotation plafonnée à 10.000 DH par pèlerin. Le plafond de l’encaisse en devises devra être paramétré à la hausse. L’alerte d’anomalie se déclenchera lorsque les devises collectées atteindront la contre-valeur de 500.000 DH, au lieu de 250.000 DH auparavant.

Les éditeurs de logiciels sont impliqués dans la démarche. Ils sont une quinzaine (essentiellement marocains) sur le marché. Eux aussi répondent à un cahier des charges avant d’obtenir leur agrément. Connectés à la plateforme d’échange de données informatisées (EDI) de l’Office des changes, ils devront procéder aux modifications nécessaires et assurer leur déploiement «sans délai» auprès de leurs clients répartis sur les 640 points de ventes du territoire national.

Cela ne dispense pas les cambistes de veiller au respect de ces nouvelles exigences. «Pratiquement tous les éditeurs ont lancé une mise à jour», indique Abderrazak Mahmoudi, secrétaire général de la Fédération nationale des bureaux de change. Le prix moyen d’un logiciel avoisine 100.000 DH, incluant généralement le contrat de maintenance.

Les matériels et les équipements informatiques des opérateurs doivent se conformer aux nouvelles exigences. Désormais, les bureaux de change qui ouvriront seront amenés à acquérir du matériel correspondant à la nouvelle fiche technique. Les établissements autorisés à effectuer ces opérations avant l’entrée en vigueur de l’instruction disposent d’un délai de 6 mois pour se mettre en conformité. Passé ce délai, ils s’exposent à des sanctions allant jusqu’au retrait définitif de l’agrément.

Ces nouveaux standards exigés vont garantir le transfert des fichiers entre la plateforme de l’Office et les postes de travail des sociétés agréées. Toutefois, la tutelle se réserve le droit de vérifier la conformité des logiciels de traitement de change manuel aux nouvelles dispositions réglementaires.

Les prérequis techniques

Pour assurer une disponibilité augmentée de la connexion, des caractéristiques techniques minimales sont préconisées au niveau du poste de travail, notamment un processeur i5, une mémoire de 4 Go, la version Windows 8.1 et un antivirus à jour. Les bureaux de change ont le choix d’utiliser différents types de connexion internet (ADSL, Fibre optique, 4G/4G+) à condition de contracter des connexions de 12 Mo (pour l’ADSL et la fibre optique).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc