×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Campagne agricole Récolte record de 103 millions de quintaux

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5322 Le 25/07/2018 | Partager
    Un rendement moyen de 22,9 quintaux/ha
    Blé tendre: 49,1 millions de quintaux
    Malgré les pluies tardives, le potentiel aura été important
    campagne_agricole.jpg
    Le rendement à l'hectare aura été supérieur à la moyenne des rendement des céréales pendant les bonnes saisons pluviométriques des 10 dernières années

    «Récolte exceptionnelle de 103 millions de quintaux». C'est en substance le bilan des résultats définitifs dressés par le ministère de l'Agriculture. Le rendement moyen aura été de 22,9 quintaux/hectare. Dans le détail, la campagne 2017-2018 enregistre une progression de 7% par rapport à l’année 2014-2015, selon des résultats issus de mesures des rendements par prélèvement au champ. Ce qui correspond à une augmentation de 27% par rapport à la campagne précédente. Un record historique attribué à la bonne pluviométrie et aux performances induites par les itinéraires techniques du Plan Maroc Vert, explique-t-on auprès de la tutelle. 
    Par variété de céréales, la production de blé tendre est de 49,1 millions de quintaux, celle du blé dur est de 24,2 millions de quitaux. Pour l'orge, la production a atteint 29,2 millions de quintaux. Globalement, la production a été réalisée sur une superficie emblavée en céréales de 4,5 millions d'hectares, contre 5,4 millions durant la campagne 2016-2017 (soit -16%). Cette réduction des superficies céréalières s'explique essentiellement par les pluies tardives de l'automne dernier. Ce qui a fortement réduit la période des soumis. Mais en dépit de son démarrage difficile, la campagne agricole a finalement pu se traduire par un meilleur potentiel de production, notamment dans les cultures céréalières.
    Les performances de la récolte s'expliquent aussi par des conditions climatiques globalement favorables, caractérisées notamment par l'abondance, la régularité et la bonne répartition dans l'espace et le temps de la pluviométrie ou encore des températures clémentes tout au long de la saison culturale. Pour preuve, la campagne agricole a enregistré un cumul de précipitations de 402,3 mm contre 362 mm pour une campagne normale (soit 11% ou 40 mm de plus). 
    Par ailleurs, le rendement de la campagne céréalière est nettement supérieur à la moyenne des rendements pendant les 10 dernières années. Ce rendement est de 21,5% supérieur par rapport à la moyenne assurée pendant les bonnes saisons pluviométriques de cette décennie. Cette performance dans le rendement s'explique aussi par le recours et la rationalisation d'intrants adaptés, ou encore l'utilisation de techniques et de technologies avancées qui ont permis la valorisation de la goutte de pluie et la protection sanitaire des champs.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc