Dossiers

Soft skills: Comment accroître ses chances

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5318 Le 19/07/2018 | Partager
Ecoles de commerce et universités s’y mettent
Le savoir-être prend de plus en plus le pas sur le savoir-faire
Créatif, audacieux, curieux, critique, communiquant… les nouvelles compétences

Désormais, on ne demande plus aux nouveaux lauréats des universités et des écoles uniquement leurs diplômes, mais aussi leurs qualités personnelles comme interpersonnelles. C’est ce qu’on appelle les soft skills. Depuis quelques années, tous les professionnels de l’éducation ne parlent que de ces nouvelles compétences que les élèves doivent absolument acquérir au même titre que la lecture ou les notions mathématiques, pour faire face aux défis du futur. Alors quelles sont les formules des universités?
 
• La culture générale, incontournable
Approche originale pour Cadi Ayyad qui a conçu des modules soft skills et a généralisé ses programmes à l’ensemble des étudiants. «L’enseignement qui met l’accent sur les langues et la culture vise à doter mes étudiants de vocabulaire, d’idées et de concepts pour comprendre leur environnement immédiat et lointain», explique ce professeur à la faculté des Lettres et responsable de ce programme d’enseignement. Le module de soft skills devrait améliorer leur intelligence émotionnelle, leur sens d’organisation et leurs techniques de négociation. 

• Prendre la parole en public et tester les capacités
Dans le privé, la plupart des écoles encouragent l’esprit d’équipe à travers la conduite de projets collectifs, ou encore des actions citoyennes à faire mener par les étudiants, comme cela est le cas à l’Ecole supérieure de journalisme et de communication (ESJC) qui appartient au groupe Eco-Médias. Des ateliers et  journées d’intégration sont organisés pour aider les étudiants à mieux connaître les capacités des uns et des autres, travailler dans l’incertitude, la complexité.  Du reste, les conditions de vie estudiantine et associative, la qualité des infrastructures, les activités parascolaires… sont autant d’occasions offertes aux étudiants pour développer leur personnalité et s’épanouir. De nombreux établissements privés intègrent, de façon un peu plus implicite, le développement de ces compétences dans leurs enseignements, notamment par le biais des présentations (prise de parole en public), des projets de groupe (capacité à travailler en équipe). 

• Encadrement de la créativité et l’innovation
C’est le cas d’Emlyon business school Casablanca où la philosophie de formation et de développement des étudiants est portée par le concept d’«early makers». «Etre un maker aujourd’hui signifie prendre en main son destin, être acteur et entrepreneur de son existence », explique-t-on. Pour les responsables de l’école française, ce concept reflète la vision de l’entrepreneur: celui qui essaie, expérimente, se trompe, recommence, apprend en marchant. A l’Université privée de Marrakech, les méthodes pédagogiques vont au-delà du programme de formation et axe les efforts vers le développement de comportements recherchés en entreprises. Ces comportements s’acquièrent via des mises en situations tirées du monde de l’entreprise et concrétisées sous différents formats et sous encadrement du corps professoral. Une série de projets permettant de développer leur sens de l’initiative, de l’autonomie et de la responsabilité ainsi que leur esprit entrepreneurial. Les écoles de management et de commerce misent aussi sur les programmes d’échanges pour permettre aux étudiant de travailler en équipes avec des étudiants étrangers de la même filière, voire monter des projets. 

• Théâtre, musique pour prendre confiance
Au groupe HEM, le modèle pédagogique est aussi basé sur un programme équilibré entre formation académique, technique et développement personnel de l’étudiant. Cet aspect ne constitue en aucun cas un séminaire ou un cours proprement dit mais un «état d’esprit» général, diffus dans l’établissement, dans ses programmes et dans sa manière d’appréhender l’enseignement en général et ce, au niveau de toutes le parties prenantes (professeurs, administration et étudiants). Par développement personnel, le groupe entend un encadrement de l’étudiant pour avoir plus confiance en soi, maîtriser le stress, vaincre sa peur, sa timidité… s’il n’y a pas de cours spécifique, néanmoins, les activités para pédagogiques (théâtre, art plastique, musique…) sont obligatoires pour la première année de cette école.

soft_skills.jpg
 

Pour faire la différence

Les soft skills sont en effet des compétences humaines et des savoirs comportementaux à développer tout au long du parcours de formation et à parfaire lors de l’exercice pratique au sein des entreprises et des institutions. Et ces compétences sont nombreuses: savoir communiquer, être créatif, penser de manière critique, résoudre les problèmes…. Des qualités qui manquent à certains lauréats pour intégrer le monde du travail et qui feront la différence lors d’un entretien d’embauche.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc