Dossiers

Enseignement supérieur: Combien ça coûte?

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5318 Le 19/07/2018 | Partager
4.000 DH pour la licence, 20.000 DH pour le master et entre 3.000 et 10.000 DH pour le doctorat
Diplômes de formation continue (DU, CU et DUSS): de 7.000 à plus de 30.000 DH
A Rabat, les fonctionnaires obligés de régler des frais d’inscription annuels

L’université Mohammed V de Rabat a finalement gagné, l’année dernière, le dossier portant sur l’obligation de paiement des frais d’inscription par les fonctionnaires inscrits au cycle de doctorat. Au début, le montant de ces frais a été fixé à 10.000 DH par an. Mais il a été revu en avril 2018, et ce après la réunion de la commission chargée de l’examen de l’exonération partielle ou totale. Celle-ci a fixé un barème pour les frais d’inscription dont le montant varie de 3.000 à 10.000 DH en fonction du revenu annuel des candidats. Alors que pour les cycles du Master et licence les tarifs annuels prévus n’ont pas changé (cf.www.leconomiste.com). Il s’agit respectivement de 20.000 DH et 4.000 DH.  
En dehors de l’université de Rabat, seule celle de Marrakech a appliqué le paiement des frais d’inscription pour les fonctionnaires en 2016. Il a, toutefois, été suspendu provisoirement en 2017-2018 en attendant le jugement du dossier de l’université de Rabat. Il est envisagé de revenir à cette procédure l’année prochaine, en prenant en considération les capacités humaines et matérielles.

Renforcement des capacités des professionnels

«Assimilées à des prestations de services, les formations destinées aux fonctionnaires sont organisées avec un temps aménagé à partir de 17h jusqu’à 20h du lundi au vendredi et la matinée du samedi», indique El Hbib Eddaqqaq, doyen de la faculté de Droit d’Agdal à Rabat. 
Ces formations sont assurées par le même corps professoral réservé aux étudiants car ces derniers et les fonctionnaires devraient passer les mêmes examens pour l’obtention d’un 
diplôme national, ajoute-t-il. Mais dans le cadre de la formation continue, les universités ont la possibilité d’organiser des formations payantes destinées particulièrement pour le renforcement des capacités des professionnels. En général, il y a trois cursus en formation continue. Le premier permet l’obtention d’un Certificat de l’université (CU) avec un volume horaire compris entre 50 et 180 heures. Le second, le plus répandu, concerne le diplôme d’universitaire (DU) avec un volume horaire qui peut atteindre 300 heures. Le diplôme universitaire supérieur spécialisé (DUSS) nécessite, quant à lui, un volume horaire dépassant les 350 heures. «Les tarifs appliqués varient d’un établissement à un autre et en fonction des spécialités et des volumes horaires avec des seuils, à ne pas dépasser, fixés par le conseil de chaque université», avance un professeur de la faculté de droit de Casablanca. 
Au niveau de l’université de Rabat, la faculté de médecine et de pharmacie se positionne en tête en termes du nombre de formations réalisées dont les tarifs varient entre 7.000 et 35.000 DH. Elle est suivie de la faculté de droit de Souissi, avec des tarifs plutôt élevés, et une moyenne de 20.000 DH par an. La faculté des sciences de Rabat est également active en matière de formation continue en proposant des DU et CU sur des spécialités demandées comme le génie civil, le stockage énergétique et les énergies renouvelables. Les tarifs proposés varient de 7.000 à 30.000 DH. 
Pour leur part, les écoles d’ingénieurs offrent dans le cadre de la formation continue la possibilité de préparer certains diplômes. C’est le cas de l’INPT à Rabat avec un mastère spécialisé payant labellisé conférence des grandes écoles en partenariat avec des écoles d’ingénieurs françaises. D’une durée de 18 mois, le coût de ce mastère est autour de 65.000 DH. Cette formation cible notamment les cadres venant surtout du secteur privé, précise un responsable de l’INPT. Il précise que les masters réalisés dans le cadre de la formation initiale sont gratuits, de même pour le cycle du doctorat dont peuvent aussi bénéficier les fonctionnaires doctorants.
Les universités non publiques et écoles privées sont très actives dans la formation continue en offrant la possibilité aux cadres des entreprises et de l’administration de renforcer leurs compétences professionnelles. C’est le cas de l’UIR avec un programme de formation touchant divers domaines: Droit, informatique, finance islamique, management, marketing…  «Il s’agit d’executive masters destinés aux profils Bac+4 avec quelques années d’expérience professionnelle», indique un responsable de l’UIR. Parmi les masters les plus prisés, celui qui porte sur le management des projets, précise-t-il. Idem pour l’executive Master en management des villes, des territoires et de l’immobilier réalisé en partenariat avec l’ESSEC. La cérémonie de remise des diplômes de la première promotion a eu lieu vendredi dernier. D’une durée d’un an, le coût de ces formations avoisine 60.000 DH. Pour les masters préparés en deux ans dans les grandes écoles privées, le tarif global peut dépasser les 120.000 DH.

Transparence

La gestion des recettes encaissées, que ce soit au titre des frais d’inscription pour les fonctionnaires à Rabat ou dans le cadre de la formation continue (DU, CU, DUSS, master spécialisé…), pose un véritable casse-tête aux établissements concernés. Où vont ces montants? Leur ventilation est fixée par une décision conjointe datée de 2016 prise par le département de l’enseignement supérieur et celui des finances, rappelle un doyen de l’université de Rabat. Selon cette décision, 10% reviennent à l’université et autant à la faculté concernée. Le reste est consacré à la rémunération des enseignants et le personnel administratif (40%) et la prise en charge des frais de fonctionnement et d’investissements. Toutefois la question de la transparence reste posée en ce qui concerne l’utilisation de ces montants. Il s’impose donc d’inciter l’ensemble des établissements concernés à publier sur leur site des fiches sur ces formations en précisant le montant à régler. La faculté de médecine et de pharmacie de Rabat est un exemple à suivre.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc