Politique

L’Istiqlal tacle le gouvernement

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5308 Le 05/07/2018 | Partager
L’équipe d’El Othmani attaquée sur sa mauvaise gestion de la conjoncture actuelle
La montée des protestations nécessite des mesures d’urgence
Le manque de réactivité de l’exécutif risque de renforcer le sentiment de désespoir
manifs-008.jpg

Le Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal a mis en garde contre le laisser-aller du gouvernement, qui risque de venir à bout de la capacité des citoyens à supporter les problèmes liés au chômage et à la détérioration du pouvoir d’achat (Ph. F. Bziouat)

Depuis son passage à l’opposition, le Parti de l’Istiqlal multiplie les critiques contre l’action du gouvernement. La dernière réunion hebdomadaire du Comité exécutif de cette formation a été marquée par une nouvelle attaque contre l’équipe de Saâdeddine El Othmani.

L’état-major de l’Istiqlal n’a pas caché son inquiétude face à la montée des protestations, liées notamment à la cherté de la vie. S’y ajoutent «la poursuite du boycott de certains produits et l’impact des peines prononcées contre les jeunes d’Al Hoceïma».

La dernière sortie des dirigeants du PI sonne comme un rappel à l’ordre. Ils «déplorent le recours du gouvernement aux promesses, et son entêtement à attendre 2019 pour lancer des mesures dont la mise en œuvre immédiate est plus que nécessaire». Pour eux, «c’est incontournable pour répondre aux revendications des citoyens et des opérateurs économiques».

Les critiques du parti de Nizar Baraka ont porté essentiellement sur la gestion de la conjoncture actuelle. L’équipe d’El Othmani «n’a pas été au rendez-vous. Elle a raté l’occasion de faire preuve d’écoute et de réactivité en proposant des solutions concrètes», selon le Comité exécutif de l’Istiqlal.

Cette instance a mis en garde contre le laisser-aller du gouvernement, «risquant de venir à bout de la patience des citoyens et de leur capacité à supporter les problèmes de chômage, de la détérioration du pouvoir d’achat». Ce qui favorise le renforcement du sentiment de perte d’espoir et de nihilisme, selon le parti de la balance. La gravité de la situation impose d’agir sans plus attendre, de l’avis des dirigeants du PI.

Cette formation appelle à impliquer les différents intervenants dans un processus global d’évaluation de l’état des lieux en vue d’introduire des mesures correctives, à même de dissiper les craintes et rassurer les citoyens et les opérateurs économiques. L’idée est de favoriser une meilleure visibilité des priorités et des objectifs du processus de réformes.

L’Istiqlal a également appelé le chef du gouvernement à faire preuve de réactivité par rapport aux dispositions proposées dans son mémorandum sur le projet de loi de finances rectificative. Surtout que ces propositions peuvent apporter des réponses concrètes aux problèmes actuels, en misant sur le renforcement du pouvoir d’achat, notamment des ménages des classes moyenne et défavorisée, et sur l’amélioration de l’employabilité des jeunes.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc