Entreprises

Audit interne: Les défis de la profession

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5306 Le 03/07/2018 | Partager
Intégrer l’exploitation de la donnée dans tout le cycle
Etre plus dans du préventif que du détectif
top_5_audit_interne_006.jpg

Les disruptions s’accompagnent de nouveaux risques, mais constituent également des opportunités de croissance et d’optimisation opérationnelle pour les auditeurs internes

L’Audit interne n’est pas apprécié à sa juste valeur dans de nombreux pays africains. La profession fait face à un certain nombre de défis dans de nombreuses parties du continent. Au terme de la rencontre de la 5e Conférence africaine de l’audit interne, les Auditeurs recommandent de saisir les opportunités que représentent les innovations pour améliorer leur rendement et valeur ajoutée auprès des institutions et entreprises.

Ils encouragent également la promotion des normes de l’audit interne auprès des différents acteurs de contrôle publics tels que les Cours des comptes, les Inspections générales des finances et les Inspections générales des ministères. En effet, ces instances sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important dans la promotion des bonnes pratiques de bonne gouvernance et de redevabilité.

Les dirigeants attendent des fonctions d’audit interne qu’elles soient en mesure de les conseiller sur la manière d’adopter les nouvelles technologies tout en maîtrisant les risques associés et en intégrant des contrôles performants. Dans le secteur public, le développement de l’audit interne doit bénéficier d’une forte volonté politique.

En effet, il y a souvent des insuffisances dans la mise en œuvre des stratégies nationales ou sectorielles. «Pour une meilleure mise en œuvre de ces stratégies sur le continent, nous vulgarisons le référentiel COSO Enterprise Risk Management (ERM) 2017 basé sur une approche intégrée de gestion des risques», indique Mounim Zaghloul, président IIA-Maroc AMACI.

Face aux nombreuses évolutions économiques, digitales et sociétales, la gestion des risques est en constante redéfinition. C’est la raison pour laquelle le référentiel COSO ERM a évolué en 2017. Objectif: aider les entreprises à mieux appréhender la complexité de leur environnement et intégrer les risques tout au long de leur processus décisionnel, de la définition de la stratégie à son exécution.

Les gisements d’amélioration de la profession sont dans la capacité des auditeurs à être plus dans du préventif que du détectif voire du correctif. Cela est aujourd’hui possible grâce à des technologies de rupture: blockchain, Big Data, Intelligence artificielle, Analyse prédictive…

La transformation digitale pourrait être un facteur de perturbation. Mais cela représente à la fois une opportunité pour les acteurs qui vont réussir le switch. Ce changement est immuable. Blockchain, big data, intelligence artificielle… autant de nouvelles technologies que les auditeurs internes sont appelés à adopter afin de renforcer leur statut de conseiller de confiance.

L’analyse de données peut changer fondamentalement la manière dont l’audit interne répond à ces attentes, en conjuguant efficacité de l’audit, vision plus profonde des enjeux et amélioration du pilotage. Pour concrétiser ces bénéfices, l’audit interne doit aller au-delà de la simple utilisation de l’analyse de données en automatisation des travaux terrain: l’exploitation de la donnée doit être pleinement intégrée dans tout le cycle d’audit interne. In fine, l’objectif est d’obtenir une fonction audit interne qui sait allier l’esprit d’analyse critique de ses auditeurs et l’usage de la donnée, dans toutes les dimensions de leur métier.

Suite à une étude PwC (ERM Update Survey 2014), 63% des entreprises participantes ont déclaré que le management du risque d’entreprise devrait être fortement ou très fortement intégré au processus de définition de leur stratégie. Deux études ont été réalisées par The Institute of Internal Auditors (IIA), association professionnelle de l’audit interne. L’étude est déjà publiée, elle a concerné 11 pays anglophones. «Une seconde concernant les pays francophones est en cours. Selon les premiers éléments de l’enquête, le Maroc figure parmi les deux premiers, aux côtés de l’île Maurice», révèle Mounim Zaghloul.

La maturité de la gouvernance d’entreprise varie en fonction des pays. Au niveau des textes, le Maroc est plutôt bien loti. Plusieurs réalisations sont à souligner, notamment le travail que fait le régulateur dans le secteur bancaire et financier.

Pareil pour l’institut marocain des administrateurs en matière de renforcement de la gouvernance, dans le secteur privé... Cependant, les structures prévues dans ces textes remplissent-elles pleinement leur mission? C’est à ce niveau que se situe le grand défi aujourd’hui pour le Maroc.

En effet, il faudrait aujourd’hui que les instances de gouvernance s’assurent que les dispositifs mis en place fonctionnent selon les standards internationaux, qu’ils sont efficaces et efficients.

Le constat, aujourd’hui, est que même les entreprises qui réussissent les process de certification n’apprécient pas l’audit à sa juste valeur. L’audit interne a été toujours perçu ou réduit à une dimension d’inspection ou de gendarme au sein de l’entreprise, ce qui ne devrait pas être le cas.

En fait, l’inspection n’a rien à voir avec l’audit. L’audit est un métier normé. A l’opposé, l’inspection est un métier basé sur l’investigation pour la recherche des fraudes potentielles. Il est basé sur le contrôle inopiné alors que l’audit est basé sur l’approche par les risques.

L’auditeur interne (AI) occupe une fonction d’assistance et d’aide au management. Tout le devenir de l’AI dépend de la façon avec laquelle la direction générale conçoit son rôle, son champ d’action, sa finalité, ses avantages et ses limites.

Au Maroc, la prise de conscience par la direction générale de l’intérêt de créer un service d’AI se fait généralement suite à une recommandation d’un cabinet d’audit externe ou d’un conseiller en management ou suite à une entrée dans le capital d’actionnaires étrangers, conclusion d’acte de partenariat avec des entreprises étrangères...).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc