×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Etats Généraux de l’Entrepreneuriat Citoyen: Essaouira donne un nouveau visage au leadership

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5305 Le 02/07/2018 | Partager
    Les alliances entre acteurs publics, privés et société civile «under construction»
    Pour fournir des pistes à l’entrepreneur de demain, acteur du bien commun
    andre_azoulay_005.jpg

    André Azoulay, conseiller de Sa Majesté, parle de l’universalité d’Essaouira et d’un nouvel ordre mondial revu et réconcilié avec la modernité des valeurs universelles (Ph. Mokhtari)

    «Si les solutions imaginées par vous, les entreprises engagées, les entrepreneurs créatifs, permettent d’esquisser des perspectives nouvelles, il est important que ce nouvel ordre mondial revu et réconcilié avec la modernité des valeurs universelles soit aussi pensé et développé au sein de l’entreprise et par les entrepreneurs».

    Par ces mots, le conseiller de Sa Majesté, André Azoulay, accueille la 1re édition des «Etats Généraux de l’Entrepreneuriat Citoyen» à Essaouira. Logique, dans une ville qui s'évertue à prouver qu’il est parfaitement possible de vivre ensemble.

    Même lorsque les opinions divergent, même constitués de différentes origines et croyants de différentes religions. Ils étaient une centaine de personnalités de tous horizons réunis ce week-end pour cet événement signé Thinkers & Doers, placé sous le haut patronage conjoint de SM le Roi Mohammed VI et du président français Emmanuel Macron.

    Une sorte d’échantillon d’un mouvement international qui rassemble tous ceux qui font du business autrement. Mais si le phénomène est désormais massif, il semble urgent aujourd’hui de faire le tri entre les modèles à suivre.

    L’objectif de ces rencontres est de nourrir le contenu de la «Déclaration d’Essaouira», entre solutions inspirantes et méthodes pour agir. Un rapport qui sera présenté aux sommets du G20 et de l’Union africaine. Mais si les intentions de changement sont là, encore faut-il que l’environnement de l’entreprise le permette.

    Lamia Kamal-Chaoui, directrice à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) France, rappelle combien «le potentiel des PME, qui représentent 90% de l’emploi dans les pays de l’OCDE, est inexploité. Elles restent en marge de toutes facilités et crédits bancaires et subissent le fort impact des charges fiscales».

    Ajoutant que «les gouvernements doivent créer les conditions d’une concurrence équitable». Ces conditions de réussite, certains vont les chercher ailleurs. A Dubaï notamment «où il n’y a pas de considération d’âge pour être entrepreneur», explique Mohamed Zakariae El Khdime. Aux côtés de Mohamed Amine Belarbi, Marocain comme lui, ils dirigent ensemble une entreprise de cybersécurité très en vogue dans la région, VuL9 Security solutions.

    etats-generaux-de-lentrepreneuriat-citoyen-005.jpg

    La 1re édition des Etats Généraux de l’Entrepreneuriat Citoyen s’est tenue ce week-end à Essaouira. Avec les acteurs économiques, les artistes étaient aussi du voyage. Les deux installations sculpturales de Rero, soutenues par la fondation Montresso, questionnent le poids des actes face à la volatilité des mots (Ph. Mokhtari)

    Ils n’ont pas 30 ans et ont pour clients des géants comme Facebook, Google, Microsoft, Careem, Samsung, Adidas, Paypal, Nokia… Une success story qui a d’ailleurs fait la une de Forbes Middle East. Autre invité inspirant, Lex Paulson, conseiller politique de Barack Obama et d’Emmanuel Macron. Pour lui, tout se joue via la communauté.

    «La campagne présidentielle d’Obama a réuni 2,5 millions de bénévoles. Ce n’est pas le fait des réseaux sociaux comme on a pu l’entendre, mais d’une communauté qui a été écoutée dans la conception des idées. Pour que ça marche, il faut une pleine confiance mutuelle».

    Le partage a été l’un des mots «piliers» de ce rendez-vous. Co-organisateur, l’OCP, par la voix de son PDG, Mostafa Terrab, parle de «prise de conscience», pendant que son conseiller et chef économiste, Mohamed Soual, estime que «nous ne pouvons pas être un îlot de prospérité dans un environnement de misère».

    Alors le groupe a pris des mesures au bénéfice de ses 23.000 salariés comme les 4 semaines de congés payés pour ses employés engagés dans des projets citoyens ou ses programmes de formation. Plus largement, son université Mohammed VI à Benguerir ou l’arrêt du puisement de l’eau dans la nappe phréatique en pleine région sèche sont autant d’engagements pris au bénéfice de tous les citoyens.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc