×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Migration: Le Maroc dit non à l’Union européenne

    Par Jihad RIZK | Edition N°:5305 Le 02/07/2018 | Partager
    Il ne veut pas des centres d’accueil délocalisés pour migrants
    Tunisie et Albanie également contre ce projet européen

    Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération est catégorique. Pas question que le Maroc accueille les centres de gestion des flux migratoires à destination de l’Europe. Le ministre, Nasser Bourita, se déclare contre le projet d’accueil des migrants hors-UE envisagé par Bruxelles. Et ce, en présence de son homologue espagnol Josep Borrell. L’Espagne, comme l’Italie et la Grèce, est l’une des trois portes d’accès des migrants au vieux continent.

    L’externalisation de la gestion des flux migratoires a été qualifiée par le porte-parole de la diplomatie marocaine comme faisant partie de «solutions faciles» et «mécanismes contre-productifs». Le Maroc rejette encore une fois la proposition européenne.

    D’autres  pays du pourtour méditerranéen, à savoir la Tunisie et l’Albanie, sont cités dans ce projet en vue «d’accueillir des plateformes de débarquement hors de l’Europe», rapporte l’Agence France presse (AFP). L’idée devait être examinée  au cours du sommet européen sur les migrations ouvert jeudi 28 juin à Bruxelles.

    Le nombre de migrants tentant de franchir la Méditerranée a été divisé par deux depuis début 2018 par rapport à la même période en 2017. Il a en revanche triplé dans le cas de l’Espagne, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

    Entre le 1er janvier et le 20 juin, 12.155 migrants sont arrivés par voie maritime en Espagne. Sur cette période, 292 migrants sont morts en tentant d’atteindre les côtes espagnoles, selon l’OIM. Le nombre de vies humaines perdues en Méditerranée est de 960.

    Madrid plaide ainsi pour un renforcement de la coopération avec le Maroc sur le dossier migratoire. Sa demande intervient après la signature en décembre 2017 d’une convention UE-Maroc. Elle prévoit un budget de 35 millions d’euros (390 millions de DH) sur quatre ans.

    «Je prends l’engagement que l’Europe porte sur le Maroc une attention approfondie», affirme le  chef de la diplomatie espagnole. Il fait notamment miroiter son appui pour le développement des accords sur la pêche et l’agriculture. C’est dans ce contexte qu’intervient aussi la rencontre prévue jeudi dernier à Rabat entre les ministres de l’Intérieur espagnol et marocain. Migration et lutte contre le terrorisme étaient à l’ordre du jour.

    Quant aux discussions européennes sur la gestion de la migration, un accord a été trouvé vendredi 29 juin entre les pays membres. Leur feuille de route contient plusieurs volets comme les «centres contrôlés» et le renforcement des frontières extérieures. Quant à l’idée de  «plateformes régionales de débarquement», elle devra être «explorée rapidement».

    Avec comme objectif de trouver une solution aux tracas logistiques et humanitaires engendrés par les flux migratoires et dissuader ainsi les candidats qui traversent la Méditerranée au péril de leurs vies. Aucun pays tiers ne s’est jusqu’à présent proposé pour héberger de ces lieux d’accueil des migrants secourus dans les eaux internationales.

    Le projet prévoit de distinguer entre migrants irréguliers et demandeurs d’asile admissibles dans l’UE...  Le Maroc et l’Albanie ont déjà fait savoir qu’ils n’accepteraient pas ces centres. Certains pays européens manifestent aussi leurs réserves par rapport notamment à la légalité de ces lieux d’accueil externalisés avec le droit international.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc