×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Atlas Voyages dévoile ses packages d’été

    Par Omar KETTANI | Edition N°:5300 Le 25/06/2018 | Partager
    Egypte, Turquie, Thaïlande: Trois destinations phares
    Objectif: Un CA de 600 millions de DH en 2018

    La saison estivale promet plein de business chez les agences de voyages. C’est le cas chez le groupe Atlas Voyages. Fort d’un chiffre d’affaires de 480 millions de DH en 2017, le voyagiste vient de dévoiler ses packages pour l’été 2018. Cette année, l’Egypte rafle la vedette.

    Pour Jalil Salim, directeur des ventes d’Atlas Voyages: «L’Egypte est l’offre phare cette année. Elle mérite d’être redynamisée après avoir vécu des événements tragiques». Sur le pays des Pharaons, le groupe propose pas moins de 3 offres comprises entre 10.200 et 14.770 DH, pour des séjours allant de 8 à 15 jours. La Turquie se maintient en bonne position après le franc succès de l’année dernière.

    La firme réitère l’expérience principalement à Istanbul et Antalya pour une fourchette de prix allant de 6.990 à 17.900 DH. Le spécialiste des voyages met également l’accent sur l’Asie et plus particulièrement la Thaïlande avec pas moins de 7 formules à partir de 13.900 DH pour 12 jours. Les jeunes (12-16 ans) ne sont pas en reste.

    Le tour-opérateur leur propose des séjours linguistiques de 15 jours à Oxford (Royaume-Uni) au prix de 26.800 DH. S’y ajoutent d’autres destinations à l’instar de la Chine, du Brésil, ou encore de l’Europe. Toutes les offres du groupe sont désormais payables en plusieurs fois, à partir de 30 jours avant le départ. Pour cet été, l’objectif est clair: contribuer à la croissance de 22% prévue sur l’exercice 2018, pour atteindre un chiffre d’affaires de près de 600 millions de DH.

    Pour faire face à la transition numérique du secteur, Atlas Voyages parie fort sur le digital. Le groupe a ainsi multiplié les partenariats avec influenceurs et blogueurs des réseaux sociaux. A titre d’exemple, le vidéaste Khalil Cherif réalise actuellement une série de vidéos en partenariat avec le TO, qui ont déjà dépassé les 300.000 vues sur Youtube. 

    Autre innovation majeure, le nouveau site internet disponible dans quelques jours. Cette plateforme dispose d’une interface simplifiée et de nouvelles fonctionnalités telles que le paiement en ligne et en dirhams. Il est désormais possible de composer son séjour de A à Z via internet. Néanmoins, la majorité des destinations nécessitent une vérification en agence. Le TO a tenu à mettre l’accent sur la protection des données.

    «Nous aurons le même niveau de sécurité dans le paiement par carte de crédit qu’une banque», tient à préciser Mohamed Kasmi, directeur du système d’information. Le management a également garanti qu’aucune donnée des utilisateurs ne serait vendue.

    Enfin, le voyagiste a annoncé une application mobile durant la première quinzaine de juillet. Selon Kasmi, «le mobile est l’outil le plus utilisé par les clients». Il sera possible d’exprimer son avis sur les différentes offres proposées. Le service de localisation des smartphones sera exploité, notamment pour identifier des restaurants proches.

    A long terme, Atlas Voyages ne manque pas d’ambitions. Othmane Cherif Alami, PDG du groupe, compte doubler son chiffre d’affaires à l’horizon 2020.

    Mondial

    En marge de la Coupe du monde en Russie, Atlas Voyages a commercialisé différents packages pour les supporters marocains. Ces offres montent jusqu’à 54.500 DH pour 7 nuits. Ce qui a permis aux clients d’assister aux deux premiers matchs des Lions de l’Atlas (contre l’Iran et le Portugal). Arrivés sur place, des clients ont manifesté leur mécontentement, notamment du fait du standing et de l’éloignement des hôtels par rapport aux stades. Sur ce point précis, le PDG du groupe se veut rassurant: «Même s’ils avaient parfaitement conscience [de la situation des hôtels], nous les avons relogés dans les 24 heures dans des hôtels qui nous ont coûté 10 fois plus cher». Cherif Alami rappelle également que le taux de réclamation annuel ne dépasse pas 1% de la clientèle.

    O. K. & R. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc