Régions

Subventions aux associations: Les conditions d’éligibilité à Casablanca

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5298 Le 21/06/2018 | Partager
La commune lance un appel à manifestation d’intérêt
Les associations intéressées ont jusqu’au 29 juin pour postuler
31,5 millions de DH à attribuer au titre de 2018

Avis aux associations casablancaises. La Commune urbaine de Casablanca (CUC) vient d’annoncer les conditions d’octroi des subventions et aides financières au titre de l’année 2018. Les associations intéressées ont jusqu’au 29 juin pour déposer leurs demandes.

Pour être éligible, une association doit  justifier d’au moins une année d’existence avant la date de publication de l’AMI et opérer sur le territoire de 4 arrondissements au minimum. «Celles qui interviennent sur un seul arrondissement doivent déposer leurs dossiers de candidature auprès de l’arrondissement concerné», est-il précisé.

Social, culture et sport... les secteurs prioritaires

Au titre de l’année en cours, les associations éligibles devront se partager un montant global de 31,5 millions de DH. L’appel à manifestation d’intérêt, publié sur «casablancacity.ma», spécifie les domaines d’activité prioritaires pour la ville. Il s’agit de trois principaux secteurs: social, culturel et sportif. Sur le premier volet, les projets éligibles doivent avoir trait à la lutte contre la précarité et l’exclusion sociale.

Parmi lesquels figure notamment l’encadrement des femmes en situation difficile, la promotion des activités génératrices de revenus, l’intégration des personnes à mobilité réduite et en situation de précarité (enfants, personnes âgées…), réinsertion des enfants des rues, prévention des maladies contagieuses et  la lutte contre la toxicomanie.

Sur le registre culturel, la commune attribue en priorité ses subventions aux associations opérant dans la promotion du livre et de la lecture, des arts numériques, la collecte, l’archivage de la mémoire artistique et sportive de la ville, la promotion des activités artistiques au profit de l’enfance (cinéma, théâtre, musique, peinture…), ainsi que les initiatives visant à lutter contre l’abandon scolaire et la violence dans les écoles.

Les associations qui s’activent  dans le domaine sportif devraient entre autres soutenir et promouvoir les activités sportives au profit des femmes ainsi que les sports nautiques.

Plusieurs associations reconnues d’utilité publique bénéficient du soutien financier et logistique du Conseil de la ville. Parmi ces structures figurent Bayti (protection de l’enfance), Solidarité féminine (aide aux mères célibataires), L’Heure Joyeuse (réinsertion des jeunes en situation précaire), Al Ihssane (prise en charge des bébés abandonnés), Fondation Lalla Salma de lutte contre le cancer (dépistage, diagnostic et prise en charge des malades) et le centre social Dar El Kheir (accueil des SDF).

Pour rappel, depuis 2014, il ne suffit plus d’avoir le statut d’association pour bénéficier de facto des subventions. En effet, les critères d’éligibilité sont calqués sur ceux de l’INDH. De même, les associations n’ont le droit de présenter leurs demandes de subventions qu’auprès d’un seul conseil (communal, préfectoral ou régional).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc