×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    ONG recherche partenaires pour liaison durable

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5292 Le 12/06/2018 | Partager
    La Martial Arts Academy est soutenue par l’ONU, l’UNHCR et l’Unesco
    Dans ses missions internationales alliant arts martiaux et musicothérapie
    Un concept dont le Maroc pourrait bénéficier
    martial_arts_academy_092.jpg

    Fabrice Robeaux et Jamel, à l’occasion de l’une des missions de la Martial Arts Academy au profit des personnes en situation de handicap. La pratique adaptée des arts martiaux étant l'occasion de faire l'expérience du groupe dans le respect et de travailler la confiance en soi (Ph. Martial Arts Academy)

    Le concept est inédit. Marier les arts martiaux à la musicothérapie pour accompagner les personnes défavorisées ou en situation de handicap vers plus de confiance et d’estime de soi. Tout part d’une rencontre, celle entre Fabrice Robeaux et Valéria Florencio.

    A eux deux, ils cumulent tous les atouts pour mener à bien leurs missions internationales via leur fondation, la Martial Arts Academy. Si le premier est à la fois 5e dan de taekwando, instructeur au sein de la Fédération mondiale de hapkimudo et formateur pour la police municipale, Valéria est une artiste lyrique internationale et musicothérapeute diplômée de l’université de Montpellier.

    Chacun avec sa carrière et sa passion, ils mènent des missions internationales itinérantes à Genève, aux Etats-Unis ou, prochainement, à Haïti. Leur concept est si bien ficelé qu’ils ont décroché les statuts consultatifs des Nations unies, un partenariat avec l’Unesco et l’accréditation de l’UNHCR, le Haut commissariat des réfugiés des Nations unies.

    «Il nous aura fallu 4 ans de travail pour obtenir cette reconnaissance de l’ONU. Il faut montrer patte blanche et régulièrement justifier de la qualité de nos missions», raconte Florencio. Logique avec de tels partenaires.

    martial_arts_academy_2_092.jpg

    Pour adultes mais aussi pour enfants, Fabrice Robeaux travaille en duo avec la musicothérapeute Valéria Florencio dans les centres hospitaliers et les structures spécialisées, privées, publiques, libérales ou associatives (Ph. Martial Arts Academy)

    Aujourd’hui, tous deux liés au Maroc à travers leurs parcours professionnel et personnel, leur ambition est d’y tisser des partenariats avec les autorités compétentes et des sponsors pour fédérer des projets ambitieux. «Nous voudrions reproduire dans le Royaume notre travail avec des institutions et des équipes accompagnantes dans le handicap via des ateliers adaptés aux besoins», continue Robeaux.

    La déradicalisation étant l’actuel cheval de bataille du programme éducatif prioritaire dans le pays pour les Nations unies et l’Unesco, les cours de taekwondo, hapkimudo, self défense, combinés à la musicothérapie, s’inscrivent comme des pistes à suivre et à dupliquer pour mener à bien ce combat. La pratique du sport étant l'occasion de faire l'expérience du groupe dans le respect, pendant que la musique favorise la communication et l’ouverture à l’autre.

    Une alliance entre les gestes techniques des arts martiaux et les sons dirigés par la musicothérapeute, le tout en collaboration étroite avec l'équipe du centre et son administration, où l’académie intervient, pour monter en gamme leurs projets thérapeutiques.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc