Société

Dépression, arthrose, migraine... c’est la faute à l’atlas!

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5291 Le 11/06/2018 | Partager
Première vertèbre cervicale où repose la tête
Chez 98% des personnes, elle est déplacée
La méthode suisse de correction existe à Marrakech
atlas_091.jpg

L’atlas est la première vertèbre cervicale où repose la tête. Chez la quasi-totalité des gens, l’atlas est déplacé depuis la naissance. Les conséquences sont alors nombreuses, perturbant à la fois le squelette, les muscles, les systèmes circulatoires et nerveux (Ph. AtlantoTec)

Connaissez-vous l’atlas? Non pas la chaîne de montagne mais la vertèbre? Trop peu connue pour son rôle majeur. C’est en effet sur cette première vertèbre cervicale que repose la tête. Le hic est que chez pratiquement tout le monde l’atlas est déplacé, et ce dès la naissance.

«Certains n’en ressentent aucun inconvénient, d’autres souffrent depuis de nombreuses années sans que le lien n’ait jamais été fait avec cette vertèbre», explique le praticien de santé et chiropracteur, Bertrand Guillmot. Ce dysfonctionnement localisé perturbe le squelette, les muscles, les systèmes circulatoires et nerveux.

La liste des pathologies qui peuvent en résulter est longue. Fatigue chronique, dépression, arthrose, migraine ou insomnie, sciatique ou épilepsie… tant d’autres conséquences existent encore. La bonne nouvelle est qu’il existe une méthode naturelle, baptisée AtlasPROfilax®, qui permet de corriger la mauvaise position de l’atlas, grâce à un appareil conçu par le Suisse René-Claudius Schümperli.

Uniquement à l’aide d’une vibration mécanique contrôlée sur les muscles du cou, libérant la tension musculaire de certains points très précis, sans rayonnement, ni impulsion électrique, ni aiguille. Et une seule séance suffit. Les spécialistes internationaux de cette méthode, appelés les atlas profs, sont tous formés et certifiés par l’Académie Suisse dédiée, et contrôlés chaque année pour le renouvellement de la licence.

«La remise en place de l’atlas ne peut pas se faire à la main, parce que cette zone est trop protégée par des muscles, des ligaments et des tendons. Il faut utiliser la propriété des muscles de se détendre lorsqu’ils sont trop contractés et de se contracter lorsqu’ils sont trop étirés afin de permettre à l’atlas de revenir à sa place», explique Guillmot, un atlas prof et formateur de la méthode pour les pays francophones, installé à Marrakech.

S’il fallait encore s’en convaincre, l’étude clinique sur ce sujet, réalisée par des médecins sud-américains, aboutit à des chiffres records. Sur 163 patients suivis pour épilepsie, l’alignement de l’atlas a permis la guérison totale, en 7 mois en moyenne, de 79% des cas. Sur 538 personnes souffrant de lombalgie, 78% ont vu s’arrêter ces douleurs au bas du dos.

Quant à ceux qui souffrent de migraine, même constat pour 90% des 180 personnes suivies. Dans un même temps, l’institut radiologique allemand Diagnosticum a étudié pendant des années le phénomène décrit par Schümperli. Les résultats de l’étude indiquent une mauvaise position de l’atlas chez presque tous les patients examinés (plus de 98%) et que la méthode suisse est sûre et efficace pour corriger le problème.
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc