De bonnes sources

Recours à la force publique dans l’affaire Bouâchrine

Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:5284 Le 31/05/2018 | Partager

La Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca a décidé de recourir à la force publique. Et pour cause, 8 déclarantes refusent de se présenter devant le juge qui examine l’affaire Bouâchrine. Du nom de l’éditorialiste du journal Akhbar El Yaoum. L’accusé est poursuivi pour viols et harcèlement sexuel notamment. Dans ce dossier, il y a cinq plaignantes et les déclarantes n’ayant pas porté plainte. Mais entendues en revanche par la police judiciaire et leurs déclarations consignées dans des procès-verbaux. La justice réclame la présence des déclarantes pour sonder leur avis sur les vidéos où elles apparaissent en compagnie de Taoufik Bouâchrine.
Une cinquantaine d’enregistrements audiovisuels constituent les preuves à charge. Ce mercredi 30 mai, une audience est programmée à la Cour d’appel de Casablanca. Le procès, qui se tient à huis clos depuis plus d’une semaine, va voir aussi défiler 7 témoins. Ils sont dans leur majorité des salariés de l’entreprise de presse. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc