×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    LafargeHolcim devient plus suisse que française

    Par Omar KETTANI | Edition N°:5284 Le 31/05/2018 | Partager
    Une réoganisation profonde de l’entreprise
    200 emplois supprimés
    Une identité suisse confirmée
    lafarge-holcim-084.jpg

    Avec sa restructuration organisationnelle, LafargeHolcim entend gagner davantage en efficacité et en compétitivité (Ph. AFP)

    Faire des économies en procédant à une restructuration de l’entreprise. C’est dans cet esprit que le leader mondial du ciment et du béton LafargeHolcim a annoncé récemment la fermeture du siège de Paris et du bureau principal de Zurich.

    S’inscrivant dans la stratégie 2022 du géant franco-suisse, cette réorganisation, qui n’en est pas à son coup d’essai au regard des mesures prises à Singapour et Miami,  vise à accroître l’efficacité de LafargeHolcim et ce, tout en saisissant les opportunités de marché à travers la proximité avec la clientèle.

    Pour Jan Jenisch, DG de LafargeHolcim: «Cette douloureuse mais nécessaire étape de simplification est primordiale pour créer une entité plus légère, plus rapide et plus compétitive». En ce qui concerne la proximité avec la clientèle, Jenisch salue la progression effectuée grâce à cette stratégie: «LafargeHolcim s’est rapprochée de ses marchés via la nouvelle organisation et a réalisé des avancées importantes vers l’uniformisation de l’activité».

    Notons que la simplification hiérarchique aura des retombées conséquentes. Ainsi, ce sont plus de 200 emplois, dans des fonctions centrales, qui seront supprimés. Dans le détail, 107 postes seront touchés à Zurich et 97 à Paris. Pour certains observateurs, avec la fermeture du site parisien, LafargeHolcim devient plus suisse que jamais. La relocalisation à Jona (Suisse) de la direction générale et l’élection d’un directeur général suisse renforcent le caractère helvétique du titan franco-suisse.

    Les places restantes dans la ville lumière seront situées, quant à elles, à Clamart en banlieue parisienne. La firme franco-helvétique juge déterminantes ses fonctions financières, juridiques et les équipes de direction par grandes zones géographiques.

    LafargeHolcim  projette à ce titre de réduire ses frais généraux à hauteur de 400 millions de francs suisses, soit 3,8 milliards de DH d’ici début 2019, et réaliser une croissance annuelle de 3 à 5% du chiffre d’affaires jusqu’en 2022. En 2017, le numéro 1 mondial du ciment a enregistré une hausse du chiffre d’affaires net de 3,1% et des ventes à hauteur de 209,5 millions de tonnes.

    Sous nos latitudes, la fusion LafargeHolcim est opérationnelle depuis mars 2016. Avec un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards de DH en 2017, le groupe occupe la première place dans le secteur des matériaux de construction au Maroc. C’est aussi la première capitalisation boursière industrielle à Casablanca.

    Avec à son bord un nouveau directeur général en la personne de George Michos, la firme transnationale participe au projet Nador West Med, un complexe portuaire intégré qui devrait être achevé en 2020.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc