×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Italie: Les chantiers prioritaires du gouvernement

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5280 Le 25/05/2018 | Partager
    Politique économique et étrangère, dette, migrants…
    Ce sont autant d’enjeux notamment pour la diaspora marocaine

    Le président italien, Sergio Mattarella, a désigné Giuseppe Conte (avocat et professeur de droit âgé de 53 ans) pour former le prochain gouvernement. La composition de son équipe fait l’objet d’âpres négociations entre le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite). Giuseppe Conte s’est engagé à appliquer un riche programme dont voici les principales mesures citées par la presse étrangère:

    ■ Exit l’austérité: L’action du gouvernement visera un programme de réduction de la dette publique non pas par des recettes fondées sur les impôts et l’austérité. Des politiques qui n’ont pas atteint leur objectif, mais plutôt via l’augmentation du PIB à travers la relance de la demande interne.
    ■ Des risques pour l’Europe: La renégociation des traités n’est pas exclue. L’autre point est lié à la révision avec les partenaires européens, du cadre de la gouvernance économique, y compris la politique de monnaie unique, actuellement basée sur la prédominance du marché.
    ■ Flat tax, revenu de citoyenneté: Avec l’instauration d’une «flat tax», le gouvernement vise à réduire les barèmes actuels à deux taux de 15 et 20% pour les particuliers et les entreprises. Il est prévu aussi le versement d’un revenu de citoyenneté de 780 euros par mois aux personnes en situation de précarité, pour aider leur réinsertion et favoriser la croissance. Les bénéficiaires n’auront pas le droit de refuser plus de trois offres d’emploi en deux ans.
    ■ Immigration et islam: La priorité sera donnée aux expulsions et à la lutte contre «le business des migrants», depuis les réseaux de passeurs jusqu’aux coopératives gérant les centres d’accueil. L’Italie doit avoir un rôle déterminant dans les négociations européennes sur le sujet, en vue d’une meilleure répartition. Il est recommandé aussi l’accélération de l’examen des demandes d’asile et rapatriement systématique des déboutés (ou des demandeurs ayant commis un délit) qui pourront être maintenus jusqu’à 18 mois en centre de rétention. Comme il est préconisé d’instaurer un registre des imams, de fermer tous les lieux de culte informels et de consulter des communes avant toute implantation de lieux de culte musulmans.
    ■ Système des retraites: Il est prévu le recul progressif de l’âge de la retraite, qui doit passer à 67 ans en 2019 dans le 2e pays le plus vieux du monde. Tout en permettant un départ à la retraite quand la somme de l’âge et de la durée de cotisation atteint 100.
    ■ Lutte contre la corruption: Les partis prévoient une législation anticorruption sévère et incisive pour récupérer des ressources soustraites à l’Etat et relancer la compétitivité du pays. Sur la liste figurent des «peines augmentées, coupables bannis à vie de la fonction publique, introduction d’agents provocateurs pour tester l’honnêteté des fonctionnaires... ».

    Les Marocains s’investissent

    L’Italie est l’un des principaux partenaires commerciaux du Maroc. Les Marocains qui y résident forment la communauté d’immigrés hors UE qui crée le plus d’entreprises privées, selon un rapport de la Fédération italienne des chambres de commerce. Ils ont ainsi créé près de 68.259 entreprises jusqu’à la fin 2017. Ce qui marque une nette progression des créations de sociétés à l’initiative de membres de la communauté marocaine.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc