Culture

Condensé d’émotions au musée Yves Saint Laurent

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5279 Le 24/05/2018 | Partager
Le «Garden of Memory» d’Etel Adnan, Simone Fattal et Robert Wilson
Un dialogue autour de leurs expériences de vie partagées
Jusqu’au 16 septembre 2018
musee_yves_saint_laurent_079.jpg

Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech organise sa 3e exposition temporaire avec «Garden of Memory», qui réunit 3 artistes majeurs, Etel Adnan, Simone Fattal et Robert Wilson, sous la direction de la commissaire d’exposition, Mouna Mekouar (Ph. Musée YSL)

Ils se sont connus à Beyrouth en 1972. Etel Adnan, Simone Fattal et Robert Wilson sont réunis pour la première fois dans un dialogue. Pour «Garden of Memory», la 3e exposition du musée Yves Saint Laurent, la commissaire Mouna Mekouar a pris pour point de départ leurs expériences de vie partagées.

«Tout est parti du poème “Conversation with my soul” d’Etel Adnan que Robert Wilson interprète sur une musique de Michael Galasso avec les sculptures de Simone Fattal, en réponse à cette lecture, qui célèbrent, sous l’angle de la confidence, la faculté d’écouter et d’entendre, de percevoir et de recueillir», explique Mekouar.

Il lui aura fallu un an de travail pour faire naître cet événement. La scénographie voulant traduire l’esprit de chacun de ces trois artistes. Entrer dans cet espace du musée, qui a accueilli, depuis l’ouverture, les toiles de Majorelle et les robes sculptures d’Amir, plonge immédiatement le visiteur dans l’intimité du trio.

La moquette, la lumière douce, la voix de Robert, les mots d’Etel et les anges sculptés de Simone, qu’elle a réalisés avec les artisans de la région, tout appelle à la quiétude et à la communion. «Garden of Memory» nous fait rencontrer trois personnes de grande valeur dans un condensé d’émotions. L’Américain Robert Wilson, une figure du monde du théâtre, tisse ses affinités avec Etel depuis près de 50 ans.

musee-yves-saint-laurent-079.jpg

Simone Fattal, en tant qu’éditrice, a contribué à la diffusion de l’œuvre d’Etel. Tout est lié, tout s’entrecroise, entre amour et amitié. Une route qui traverse aussi et souvent le Maroc. A la fin  des années 60, alors qu’Etel Adnan projetait de réaliser un film sur les pêcheries de Safi, elle rencontre le poète et fondateur de la revue Souffles, Abdellatif Laabi. Elle sera la seule femme à y publier des extraits de son poème «Jébu» dans un numéro consacré à la cause palestinienne.

Des années plus tard, riche de nombreuses rencontres et découvertes, Etel est l’auteure d’un ouvrage sur l’importance de l’artisanat au Maroc. On y ressent comme une volonté de redorer le blason d’un savoir-faire trop souvent galvaudé.

«Il y a aussi les touristes, qui aiment rapporter de leur voyage un souvenir qui d’habitude ne leur a pas coûté très cher, preuve dans leur appartement européen (ou américain) qu’ils sont allés dans des pays “exotiques” ou qu’ils ont été capables d’une certaine aventure (juste le temps de vacances organisées)».

Etel Adnan est une femme engagée. Des prises de position qui parfois ont dévié sa route comme avec «Sitt Marie Rose», livre pour lequel elle a dû quitter le Liban pour la Californie après des menaces de mort pour avoir écrit sur la justice sociale et la libération de la femme arabe en pleine guerre civile libanaise. «Garden of Memory» porte bien son nom. L’association fondamentale de la poésie, du son et de la sculpture.

L’effet Mekouar

«Je prends ici un nouveau risque». En effet, cette conversation est son deuxième pari au Maroc. Il y a exactement deux ans, elle tenait les rênes de la «halqa» réinventée de l’artiste plasticien germano-britannique Tino Sehgal, qui avait donné un certain rythme à la place Jemaa El Fna (voir L’Economiste n° 4777). Diplômée de l'Institut national du patrimoine (conservateur, spécialité musées) et doctorante en histoire de l'art, Mouna Mekouar est commissaire d’exposition indépendante. Outre ses collaborations au Centre Pompidou-Metz, au Musée du quai Branly ou au Palais de Tokyo, elle est l’auteure de plusieurs essais parus dans des catalogues d’exposition et dans des revues spécialisées.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc