Competences & rh

Ecole publique: Encore un rapport choc

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5277 Le 22/05/2018 | Partager
Plus de 42% des élèves redoublent ou décrochent à la fin du secondaire
En moyenne, les jeunes âgés de 15 ans justifient de 5,6 années d’études
Dans 75% des pays, la durée dépasse 6 ans
ecole_publique_077.jpg

Au collège, la moyenne des redoublements est estimée à 23%. Ce taux est largement dépassé durant la dernière année de ce cycle

Faible accès à l’éducation, fortes inégalités, redoublement et décrochage scolaire..., c’est en partie ce qui ressort du rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE): «Examen multidimensionnel du Maroc: Volume 2.». Connue par le passé pour son rôle d’ascenseur social, l’école d’aujourd’hui est devenue une institution qui exacerbe les inégalités.

Bien que le chantier de généralisation de l’enseignement primaire ait atteint ses objectifs (99% en 2016/2017), l’accès à la scolarisation des autres cycles reste très faible. A peine la moitié des 4-6 ans ont intégré des classes de préscolaire l’an dernier, 58% pour le collège qui enregistre de fortes disparités entre les zones rurales et urbaines avec, respectivement, 37% et 75% d’inscrits. Pour le lycée, le taux est encore plus bas. Seulement le tiers y accède.

Par ailleurs, plus de 42% des élèves abandonnent ou redoublent durant la dernière année du collège et lycée. Mais c’est au cycle collégial que ces taux sont importants. Durant l’année scolaire 2016-2017, près du tiers des effectifs de la dernière année du collège ont redoublé, et un élève sur 10 a décroché.

Même constat au niveau du lycée pour ce qui est du décrochage, toutefois, seulement 15% redoublent. Là encore, des disparités entre genre existent. Les filles ont tendance à mieux réussir leur scolarité. «Ces chiffres élèvés peuvent être reliés aux faibles niveaux de réussite au brevet (54% en moyenne en 2016) et au baccalauréat (56% en moyenne en 2015), et au fait que les élèves marocains ne peuvent redoubler que deux fois au cours de leur scolarité», souligne l’OCDE.

Ainsi, le nombre moyen d’années d’études de la population âgée de 15 ans est de 5,6 années, soit moins que les six ans d’études primaires. Ce qui place le système éducatif marocain parmi les plus défaillants au monde (plus de 75% des pays dépassent les 6 ans d’études pour cette population).

«Si les tendances actuelles se maintiennent, d’ici 2020, le Maroc n’aura pas atteint le nombre d’années de scolarisation associé aux pays ayant un niveau de développement moyen», s’inquiète l’OCDE. Selon les projections de la base de données internationale de l’éducation «Cohen-Soto», le nombre moyen d’années de scolarité serait de 5,3 pour le Maroc d’ici 2020.

En termes d’acquis, les élèves marocains sont loin du compte. Les résultats des enquêtes PIRLS et TIMSS évaluant les acquis des élèves en lecture et en sciences confirment ce déficit. En 2015, ceux de la 4e année du primaire et de la 2e du collège ont fini avant-derniers aux tests TIMSS en mathématiques!

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc