×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Technologie: Le Maroc, un champion régional

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5276 Le 21/05/2018 | Partager
    Selon le cabinet ORF, le pays affiche le plus fort taux de croissance dans le domaine
    Une fenêtre s’ouvre avec la relocalisation d’emplois chinois
    Le financement, une lacune à combler

    Le Maroc défend bien sa place de locomotive régionale. Selon une étude de la fondation ORF, un think tank indien, le pays occupe la première place en matière de croissance du secteur technologique dans la région Afrique-Moyen-Orient avec 10% suivi de très près par l’Egypte.

    Le Royaume s’accapare également la plus grosse part des exportations technologiques de cette région avec près de 45% du total.

    Ces chiffres ont été annoncés lors de la première édition africaine du Cyfy, une conférence dédiée à la technologie, l’innovation et la société et qui s’est tenue à Tanger, le week-end dernier. Pour le Maroc, il ne s’agit que d’une première étape pour s’ancrer dans le monde de la technologie.

    Très récemment, un nouvel écosystème dédié aux technologies de l’information a été lancé avec l’inauguration, à Tanger, de la première usine de fabrication de fibres optiques d’Afrique et du Moyen-Orient. Un investissement de 200 millions de DH qui s’est basé sur la proximité stratégique du Maroc et la qualité de ses RH.

    Pour le ministère de l’Industrie, l’heure est aujourd’hui à la «revanche». En effet, la Chine change de modèle et compte devenir le premier marché au monde au lieu d’être son usine. Le pays doit, pour réussir cette transition, rééquilibrer les niveaux de salaires, dont la moyenne a déjà augmenté de 7 fois dans certains bassins d’emplois chinois.

    «Conséquence, le pays devra relocaliser, d’ici 2025, 85 millions d’emplois», selon Helen Hai, entrepreneuse chinoise et ambassadrice de l’Onudi, (Organisation des Nations Unies pour le développement industriel). Du pain béni pour le Maroc, indique Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie. Après s’être allègrement servie en ressources dans de nombreuses industries à travers le monde, y compris le Maroc, la Chine subit à son tour une fuite de ses RH. «Et nous assistons aujourd’hui à un retour d’une partie de ces emplois», précise la tutelle.

    Une nouvelle opportunité s’offre au Maroc pour attirer une partie de cette manne, surtout dans le monde de la technologie. «Nous n’avons que deux options: rester dans l’expectative ou faire partie de la danse», avertit-il. «Les premiers impacts de cette évolution ne pourront qu’être bénéfiques au continent et au pays en particulier, car il y aura création d’emplois», rassure le ministre.

    Pour «prendre sa part du gâteau», des efforts en matière de financement sont à consentir. Au niveau de l’Afrique, 500 millions de dollars (l’équivalent de 4,5 milliards de DH) ont été investis dans des startups. «Ils n’ont, toutefois, bénéficié qu’aux pays d’Afrique anglophone, traditionnellement plus entrepreneurs», selon Abdou Khadre Lou, directeur pour l’Afrique du cabinet Access Partnership.

    Médias digitaux: A double tranchant

    Les panels de discussion de cette édition du Cyfy ont passé en revue diverses thématiques liées aux technologies de l’information dont l’un des plus notoires a été celui des médias digitaux et des technologies de l’information en général et leur rôle dans les crises et guerres qui ont secoué le monde. «Il est vrai que les outils et technologies digitales ainsi que les médias digitaux ont pris une place centrale dans les récents conflits en Irak et en Syrie, mais ils ne restent, après tout, que des outils», note Mohamed El Fayoumi, diplomate égyptien et ancien conseiller politique aux Nations Unies. L’avis est partagé par Marc Porret, expert onusien en matière de contre-terrorisme pour qui les nouvelles technologies constituent «un facilitateur» plutôt qu’une locomotive en matière de terrorisme. «Seuls 3% des anciens extrémistes issus d’Afrique ont été recrutés via Internet», note ce dernier.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc