Economie

Boycott: Risque de débordement

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5276 Le 21/05/2018 | Partager
Un camion des eaux minérales caillassé à Casablanca
Des incidents entre boycotteurs et non-boycotteurs
La collecte du lait se déroule normalement
lait-cooperatives-076.jpg

La collecte du lait se déroule normalement dans les régions où Centrale Danone est présente. L’entreprise agrège 120.000 éleveurs laitiers (Ph. L’Economiste)

La campagne de boycott contre le lait de Centrale Danone, Sidi Ali et Afriquia    ne semble pas s’estomper. Ceci, malgré la réaction jugée positive des entreprises ciblées. Certaines d’entre elles (Centrale Danone) ont même procédé à des baisses des prix ou lancé une  promotion dépassant de loin la marge bénéficiaire. L’objectif affiché est «de fidéliser la clientèle».

Mais pour l’instant, elle ne semble pas accrocher le noyau dur parmi des boycotteurs, probablement allergiques au lactose ou à l’eau minérale. Des débordements ne sont pas exclus, en ce début du mois du jeûne, durant lequel  les scènes de violence se déclenchent pour le moindre accrochage verbal.

Or, des incidents sont relevés au jour le jour dans de nombreux points de vente entre boycotteurs et clients qui ne suivent pas le mouvement. Plus grave encore, un camion des eaux minérales (Sidi Ali) a été attaqué à jets de pierres à Casablanca. Un fait isolé, mais grave. Car les conséquences auraient été très lourdes si le véhicule n’était pas en situation d’arrêt. Et le même dérapage pourrait se produire dans d’autres villes, vu l’amplification des réseaux sociaux.

Joint par L’Economiste, Les eaux minérales d’Oulmès «se refuse à tout commentaire pour ne pas jeter de l’huile sur le feu». Chez Centrale Danone, la direction marketing tente une offensive de charme envers le consommateur. L’entreprise vient de faire une offre promotionnelle sur la nouvelle présentation «Zinebladi» qui célèbre les 12 régions du Maroc. Celle-ci totalise 1 DH/litre de lait alors que sa marge bénéficiaire est de moins de 0,20 DH sur le même volume.

Un témoignage de la volonté de «réconciliation avec les familles marocaines à l’occasion du mois du Ramadan pendant lequel le lait se retrouve sur chaque table du ftour», souligne le communiqué publié à cet effet. Au niveau des régions de production laitière, la collecte du lait et son acheminement vers les usines de traitement se fait normalement, selon les sources jointes par L’Economiste.

C’est le cas des zones de Béni Mellal, des Doukkala et du Haouz. Des régions où Centrale Danone est fortement présente avec la zone de Casablanca.  Au total, l’effectif d’éleveurs fournisseurs de Centrale Danone se chiffre à 120.000.

A noter que la filière laitière marocaine  compte 460.000 éleveurs et autant d’employés permanents. Son chiffre d’affaires avoisine les 14 milliards de DH par an. C’est dire l’ampleur de l’enjeu.

 

    
 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc