Entreprises

Marchica Med change son mode de gouvernance

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5267 Le 08/05/2018 | Partager
Elle devient SA à conseil d’administration avec cooptation de nouveaux membres au Conseil
Démarrage d’une infrastructure touristique et résidentielle pour 4 milliards de DH
26 milliards de DH pour la totalité du projet (2008/2025)
marchica_067.jpg

Au cours des dix dernières années, plusieurs composantes de Marchica Med ont pu sortir de terre. A fin 2017, le projet comptait déjà des résidences de l’académie de golf, la 1re tranche des résidences de la colline et la 1re tranche des villas de la baie. Au cours de cette même année, les travaux d’aménagement primaires d’Atalayoun et de l’éclairage public de la cité (dont plus de 50% sont assurés à partir de l’énergie solaire) ont également été achevés (Ph. NEA)

Pour marquer son 10e anniversaire, la société d’État Marchica Med, filiale de l’Agence pour l’aménagement de la lagune de Marchica, revient sur ses grands travaux. Un bilan dont le détail a été précisé lors du conseil de surveillance qui s’est déroulé lundi. Pour la première fois, cette rencontre s’est tenue au sein du projet Atalayoun Golf Resort à Nador.

Elle a été présidée par Abdelouahed Kabbaj, président du directoire du Fonds Hassan II pour le développement économique et social. Intervenant à cette occasion, Said Zarrou,  président du directoire de la société Marchica Med, a dressé un tableau exhaustif des principales réalisations de la société, notamment les grands travaux de dépollution de la lagune Marchica, ceux de la cité d’Atalayoun, ainsi que les résultats de la commercialisation de ses produits immobiliers, estimés aux alentours de 4 milliards de DH.

Aussi, est-il rappelé, l’exercice 2017 a été marqué par l’achèvement et la livraison des résidences de l’académie de golf, la continuité du développement de la 1re tranche des résidences de la colline et la 1re tranche des villas de la baie. Au cours de cette même année, les travaux d’aménagement primaires de la cité d’Atalayoun et de l’éclairage public (dont plus de 50% sont assurés à partir de l’énergie solaire) ont été achevés.

Dans une vision d’expansion, Marchica Med s’est ouverte sur l’Afrique via  sa succursale, Marchica Med Afrique. Celle-ci a accompagné le gouvernement ivoirien dans l’aménagement et la valorisation de la lagune Ebrié et de la Baie de Cocody à Abidjan. Elle a également favorisé le lancement des études d’incubation pour la valorisation et la sauvegarde du canal de Pangalanes à Madagascar.

«Ce modèle de coopération sud-sud est exportable dans de nombreuses capitales africaines confrontées à des problématiques de planification urbaine, de pollution et d’assainissement», a souligné Zarrou. L’expertise de Marchica Med est, ainsi, de plus en plus sollicitée par bon nombre de pays souhaitant relever ce genre de défis.

pont-marchica-067.jpg

Les travaux du conseil de surveillance de la société Marchica Med ont abouti à l’adoption du plan d’action triennal 2018-2020 pour 1,3 milliard de DH. Il est décliné en quatre classes d’actifs: des équipements d’animation, des hôtels et résidences touristiques avec plusieurs unités, totalisant plus de 500 chambres, des résidences immobilières (470 unités) ainsi que d’autres équipements dont une mosquée. Le programme d’investissement prévisionnel pour 2018 a également été défini. Il sera doté d’un budget de 360 millions de DH.

Et enfin, au terme du conseil, les membres ont décidé d’augmenter le capital de la société de 50 millions DH. Celle-ci change désormais de statut passant de Société anonyme à conseil de surveillance et directoire, à une société anonyme à conseil d’administration avec cooptation de nouveaux membres au conseil d’administration.

Reste à préciser que ce conseil de surveillance a connu la participation de Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, Abdelkader Amara, ministre du Transport, Mohamed M’barki, DG de l’Agence de développement de l’Oriental, Khalid Safir, wali, directeur général des collectivités locales, Abdeslam Benabbou, directeur adjoint du budget, et Abderrahmane Semmar, directeur des entreprises publiques et de la privatisation.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc