×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Réforme de la zone euro «Il faut accélérer la cadence»

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5263 Le 02/05/2018 | Partager
    Union bancaire, Mécanisme européen de stabilité… les priorités
    Le prochain sommet prévu les 28 et 29 juin à Bruxelles

    C’est lors d'une réunion avec les ministres européens des Finances à Sofia que le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis a pressé les Etats membres de trouver un compromis sur la réforme de la zone euro.

    Les dirigeants de l'UE comptent annoncer les premières décisions sur cette réforme lors d'un prochain sommet les 28 et 29 juin à Bruxelles. Mais ils peinent à avancer sur plusieurs questions dont le renforcement de l'union bancaire et la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES).

    Sur l'union bancaire, il s'agit notamment de mettre en place une garantie européenne des dépôts bancaires, d'abord en réduisant le risque bancaire dans les Etats membres, puis en le mutualisant. Les divergences entre Etats membres touchent aussi la question d'une capacité budgétaire pour la zone euro. Sur ce point, Bruxelles compte présenter en mai deux propositions législatives.

    La première vise à soutenir financièrement (à travers le budget européen) la mise en œuvre des réformes. La seconde doit permettre d'aider les Etats membres à maintenir leur niveau d'investissement public en cas de choc économique asymétrique. Sans doute via un système de prêt à taux très favorables.

    En attendant ces mesures législatives, la Commission européenne et le Mécanisme européen de stabilité ont signé, le 27 avril 2018, à Sofia, un protocole d'accord. Il porte sur les relations de travail entre les deux institutions. Celles-ci partagent des objectifs communs, à savoir ceux consistant à préserver la stabilité de la zone euro et à garantir la bonne gouvernance des programmes d'assistance financière dans les Etats membres.

    Le protocole d'accord définit les méthodes de travail conformément aux rôles et mandats respectifs des deux institutions. Il ne modifie ni les règles ni le cadre juridique au titre desquels elles fonctionnent. Aussi, les compétences et responsabilités existantes demeurent inchangées. Enfin, le protocole d'accord ne porte pas préjudice aux autres réformes du MES susceptibles d'être approuvées.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc