Entreprises

Netflix: Un géant aux quatre coins du monde

Par Omar KETTANI | Edition N°:5262 Le 30/04/2018 | Partager
Une stratégie axée abonnés
Montant de l’investissement: 1 milliard de dollars
netflix-062.jpg

La firme américaine investit 1 milliard de dollars pour étendre son activité aux productions internationales (Ph. Fortune)

En s’inscrivant dans une approche globale de la diffusion de séries et films à la demande, Netflix réitère son leadership en la matière. L’entreprise américaine, fondée en 1994 par Reed Hastings, a décidé d’étendre son catalogue de contenus à l’échelle locale. La firme siégeant dans la Silicon Valley, déploie les gros moyens pour faire du local l’une de ses marques de fabrique. Elle projette d’investir, au cours de l’exercice actuel, plus de 1 milliard de dollars pour les contenus originaux.

Notons que de nombreuses productions européennes ont connu un franc succès suite à leur diffusion sur la plateforme. Parmi elles, Black Mirror et la Casa de Papel, qui ne cessent de faire des adeptes depuis début 2018. Face à cette success story transatlantique, la plateforme de streaming entend adapter son répertoire sériphile et cinéphile à ses abonnés internationaux. «55% des abonnés du service se trouvent en dehors des Etats-Unis», souligne le PDG de Netflix Reed Hastings.

Pour répondre  à la demande croissante de nouveautés, il est nécessaire que «le contenu reflète les catégories d’utilisateurs», ajoute Hastings. Cette stratégie innovante permet ainsi à l’entreprise de contrer la concurrence en s’inscrivant dans un secteur d’activité propre.

Contrairement aux GAFA qui tentent de se positionner en développant des contenus, la plateforme de visionnage en ligne s’est spécialisée dans ce secteur. Comme le rappelle Hastings, «Netflix est plus concentrée sur les séries et films que le site e-commerce Amazon qui est pour sa part polyvalent». Autre élément explicatif de taille, une politique basée sur un mélange entre la technologie et le contenu.

Quant à l’exploitation et la récolte de données personnelles, le fondateur se veut rassurant. «Netflix ne partage pas et ne collecte pas de données». Malgré cela, cet argument n’empêche pas le numéro 1 de la vidéo à la demande d’être entaché de scandales. Parmi lesquels, ceux de la non-conformité avec les dispositions réglementaires des pays d’accueil, et du boycott des festivals internationaux dont le festival de Cannes.

Sous les latitudes marocaines, le secteur de la télévision à la demande est en pleine croissance. De nombreuses plateformes opérant dans ce rayon d’activité voient le jour. Les opérateurs télécoms nationaux ont d’ailleurs mis en place des services offrant un large éventail d’œuvres télévisuelles et cinématographiques.

Citons notamment l’offre Iflix de l’opérateur télécom Inwi, le service Icflix de Maroc Telecom et films et séries d’Orange. Autant dire que le modèle Netflix inspire les entreprises siégeant aux quatre coins du globe.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc