×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Dakhla attend sa connexion au réseau électrique

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5254 Le 18/04/2018 | Partager
    Cela permettra de développer le secteur de l’énergie éolienne
    Et de se lancer dans l’agriculture à travers le dessalement de l’eau de mer
    Ces 2 secteurs ont besoin d’électricité pour fonctionner
    abdellah_bouhjar_054.jpg

     Abdellah Bouhjar, DG du Centre régional d’investissement de Dakhla, rappelle que la région est promise à un bel avenir. Hormis le réseau électrique, elle doit aussi être reliée au réseau routier national pour assurer le transport de marchandises (Ph. SB)

    Afin d’accompagner la croissance économique de la région de Dakhla et conforter sa position future dans la coopération Sud-Sud, plusieurs projets structurants sont en marche. L’énergie et l’infrastructure urbaine en sont les principaux.

    - L’Economiste: Comment Dakhla se prépare-t-elle à accompagner cette nouvelle dynamique économique?
    - Abdellah Bouhjar:
    L’un des projets structurants phares de Dakhla est le raccordement au réseau électrique national. Les retombées seront énormes sur le développement économique local. Le projet va permettre de développer l’énergie éolienne. De par sa position dans un couloir de forte puissance du vent, Dakhla a un potentiel important en matière d’énergie éolienne qu’elle vise à développer dans un futur proche. Des tests ont été réalisés dans ce sens, mais pour passer à l’action, il faudra le raccordement de la ville au réseau électrique. D’un autre côté, la région de Dakhla a une vocation agricole prometteuse. Un projet pilote de 5.000 ha de culture sous serre est actuellement dans le pipe et dont l’irrigation devrait se faire à travers le dessalement de l’eau de mer. La station de dessalement nécessitera impérativement le raccordement au réseau d’électricité. Il faut rappeler également le projet de raccordement au réseau routier national à travers le projet Tiznit-Laâyoune-Dakhla qui a toute son importance pour la ville. Il s’agit d’une double voie qui va assurer le transport routier de voyageurs et de marchandises.

    - L’aquaculture est un secteur d’avenir pour la région. Qu’est-ce qui est prévu dans ce sens?
    - En effet, la zone de Dakhla se prête parfaitement aux activités aquacoles et dispose d’un fort potentiel pour accueillir une large palette de projets dans ce secteur. Le plan de développement du secteur de l’aquaculture à Dakhla met à disposition 3 zones dédiées qui cumulent une superficie de 6.500 ha et qui prévoient 850 projets. La zone concernée par ce plan aquacole est délimitée entre le nord de la baie de Dakhla et le sud de la baie de Cintra, plus loin au sud, sur une distance cumulée de 225 km. Le plan aquacole donne la priorité aux jeunes de la région, avec des plans de financement adéquats pour encourager les investisseurs, et des formations pour l’accompagnement dans la réalisation des projets. Actuellement, une quinzaine de projets existent, mais se concentrent essentiellement dans la baie de Dakhla, sur les sites de Boutalha et Duna Blanca. L’activité se base sur la conchyliculture, en particulier pour l’élevage des huîtres.

    - Avec 90% de la population de la région concentrée en ville et les milliers d’emplois prévus, comment se réalise la mise à niveau de la ville?
    - L’équipement du centre urbain (voierie, le réseau électrique) ainsi que des zones industrielles et des zones touristiques est prioritaire. La commune urbaine de Dakhla travaille sur un programme de mise à niveau de la ville, avec la contribution de la région. Pour accompagner la croissance urbaine, la ville de Dakhla s’est également dotée il y a deux années d’une décharge contrôlée pour l’assainissement solide des déchets.

    Propos recueillies par Sabrina BELHOUARI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc