Entreprises

H.Partners sort de sa léthargie

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5253 Le 17/04/2018 | Partager
Le fonds d’investissement livre 5 hôtels à Marrakech et Casablanca
Ils sont confiés en gestion à Globalia et au Louvre hôtels
«Le retard à l’allumage» sur la voie d’être rattrapé

«Nous avons eu un retard à l'allumage pour mettre sur pied le fonds, mais nous nous rattrapons». Les propos sont ceux d’Abbas Azzouzi, président du fonds d’investissement touristique H.Partners lancé en 2010. L’occasion est l’inauguration officielle des deux premiers établissements construits par ce fonds, en présence du top management de Globalia, du ministre du Tourisme, Mohamed Sajid, et plusieurs autres professionnels du tourisme.

Il s’agit de deux hôtels d’une capacité de 600 lits confiés en gestion au groupe Globalia sous l’enseigne Be Live. Il aura fallu 5 ans de travaux et un investissement de 450 millions de DH pour construire ces deux établissements opérationnels depuis début mars.

Globalia est un acteur majeur intégré dans le tourisme espagnol qui pèse 25 milliards d’euros de chiffre d'affaires et qui détient une compagnie aérienne Air Europa (45 avions desservant 48 destinations), un groupe d’hôtels Be Live (20 hôtels), un tour-opérateur Travelplan et une chaîne espagnole d’agences de voyages (1.000 agences).

A Marrakech, il a débarqué avec un Be Live Expérience, un club familial supérieur 4 étoiles de 167 clés dont 45 duplex et une vingtaine de suites. L’établissement au cœur de la palmeraie opérant en all inclusive est doté de plusieurs restaurants et espaces d’animation. Le second hôtel est un club Be Live Collection Adults Only qui sera, comme son nom l’indique, réservé aux adultes.

«C’est la première fois que ce concept très demandé par les touristes est introduit au Maroc», indique Alain Chiroux, directeur général des clubs de Marrakech, qui table sur un taux moyen d’occupation de 75% pour les deux établissements. A noter que ces ouvertures ont été accompagnées par un renforcement des vols à destination du Maroc, via sa filiale Air Europa, le bras aérien du groupe espagnol.

Le groupe qui s’est intéressé au marché marocain dès 2004 avait été rattrapé par la crise économique et freiné ses ambitions dans le Royaume. Maintenant que la crise est digérée, il reprend ses projets dans l’aérien et l’hôtellerie. Son PDG, Juan Jose Hidalgo, se dit ouvert à tout autre investissement en partenariat avec le Maroc. Déjà présent à Saïdia, le groupe est en train de défricher les pistes pour une éventuelle installation à Agadir.

«Nous sommes ouverts à toute autre proposition», insiste Hidalgo. Une délivrance aussi pour H.Partners dont la vocation est de construire des hôtels et trouver des gestionnaires et qui était en quasi-léthargie. Il faut dire que les crises économiques successives et celles dans le tourisme ont détourné les touristes et les chaînes touristiques du Maroc.

A cela s’ajoutent les différents changements du top management à la tête de ce fonds…. Pour Azzouzi, les retards sont à relativiser: «Il faut 5 ans pour identifier un foncier, un gestionnaire et construire et livrer un hôtel». «La cadence, va être plus rapide avec trois nouveaux établissements terminés et qui vont bientôt être livrés à Casablanca», annonce-t-il.

Même son de cloche auprès du ministre du Tourisme, Mohamed Sajid, qui espère que H.Partners rattrapera un certain nombre de projets en difficulté à Marrakech et ailleurs. Pour Sajid, «il est anormal que des groupes espagnols comme Globalia et autres investissent à Cuba à 10.000 km de l’Espagne et trouvent des difficultés à investir au Maroc à moins de 20 km». «Il faudra travailler davantage à attirer ces investissements chez nous et faciliter les procédures!». A bon entendeur!

Et trois hôtels à Casablanca

H.Partners accélère la cadence. Son président vient d’annoncer la fin des travaux et l’ouverture en mai prochain de trois établissements à Casablanca un 3*, 2* et une résidence touristique avec un total de 411 clés. Ces établissements seront confiés au Louvre hôtels, filiale de Jin Jiang International et qui compte un portefeuille de 1. 200 hôtels. Le groupe chinois ramène dans son giron trois de ses enseignes: 1re Classe, Campanile et Kyriad. «Il s’agit d’une hôtellerie d’affaires économique qui vient combler les déficits de Casablanca», estime Azzouzi. Ces établissements sont à proximité du rond-point Emile Zola, pas très loin des deux gares de Casablanca. Créé en 2007 par Attijariwafa bank et Groupe Banques Populaires, H.Partners doit intervenir dans trois types d’investissement: développement d’actifs touristiques, reprise d’actifs et une participation dans les groupes existants. En plus des 5 établissements qu’il vient de livrer, le fonds détient 26% du groupe Atlas Hospitality Morocco, second opérateur marocain en capacité et en chiffres d’affaires (883 millions de DH).

                                                                            

Verbatim

mohamed_sajid_053.jpg

■ Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, est révolté. «Il  est anormal qu'un groupe espagnol comme Globalia et autres puissent investir en toute facilité à Cuba à 10.000 km de l’Espagne et trouvent des difficultés à investir au Maroc à moins de 20 km». «Simplifiez les procédures!»

 

juan_jose_hidalgo_53.jpg

Juan Jose Hidalgo, le président du groupe Globalia, se dit ouvert à tout autre investissement en partenariat avec le Maroc. Déjà présent à Saïdia, le groupe est en train de défricher les pistes pour une éventuelle installation à Agadir. «Nous sommes ouverts à toute autre proposition», insiste Hidalgo.

abbas_azzouzi_053.jpg

■ Pour Abbas Azzouzi, PDG de H.Partners, «les retards accusés par le fonds sont à relativiser: «il faut 5 ans pour identifier un foncier, un gestionnaire, et construire et livrer un hôtel». «La cadence sera désormais plus rapide», annonce-t-il.

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc