International

Gaza toujours sous haute tension

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5242 Le 02/04/2018 | Partager
Réactions mitigées de la communauté internationale après les tirs meurtriers de vendredi
Un usage disproportionné de la force selon les Palestiniens

Les réactions se multiplient deux jours après les tirs meurtriers de l’armée israélienne, vendredi dernier, sur des manifestants palestiniens à Gaza. Celle extrêmement tiède des États-Unis, dont le président Donald Trump  s’est dit «profondément attristé par les pertes humaines à Gaza», appelant à «des mesures pour faire diminuer les tensions». Washington a néanmoins bloqué samedi soir un projet de déclaration du Conseil de sécurité appelant «toutes les parties à la retenue et à prévenir toute escalade supplémentaire» et demandant une enquête sur les affrontements.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décrété samedi jour de deuil national et tenu Israël pour seul responsable des morts dénonçant «un usage disproportionné de la force» et demandant la fin de l’impunité dont jouit l’Etat hébreu: «Avec une administration américaine, qui elle-même viole le droit des Palestiniens et encourage les Israéliens à poursuivre la colonisation, ça ne peut que créer des tensions et créer cette situation où Israël ne se sent pas comptable de ses actes mais, là encore, tout le reste du monde n’a pas pris de mesures sérieuses», déplore le diplomate palestinien Majed Bamya. 

Du côté de l’Union européenne, la représentante de la diplomatie Federica Mogherini a appelé, au nom des 28 pays, à une «enquête indépendante»  sur l'usage de munitions réelles par l'armée israélienne à Gaza. «L'usage de munitions réelles doit faire l'objet d'une enquête indépendante et transparente», a-t-elle déclaré, soulignant que l'UE «déplorait» les morts et adressait ses condoléances aux familles des personnes tuées.

Mettre fin à l’impunité d’Israël

Même requête de la part du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, tandis que  Human Rights Watch juge le nombre de morts et de blessés «choquant»: «Les allégations israéliennes de violences par certains manifestants ne changent rien au fait que l'utilisation de la force meurtrière est interdite par le droit international, sauf pour faire face à une menace imminente», a affirmé l'ONG. 

  Benyamin Netanyahu, estimant n’avoir de leçon à recevoir de personne, a félicité l’armée israélienne dans un communiqué: «Bravo à nos soldats», a écrit le Premier ministre: «Israël agit fermement et avec détermination pour protéger sa souveraineté et la sécurité de ses citoyens». Plusieurs ONG, dont l’association israélienne Bet’selem, estiment que le dossier pourrait tomber sous le coup du droit international et déclencher une enquête de la Cour pénale internationale (CPI).

«Depuis maintenant trois ans, la Palestine est devenue membre de la CPI,  ce qui veut dire que les faits qui se déroulent actuellement à Gaza pourraient relever de la juridiction de la Cour pénale internationale», prévient  François Dubuisson, professeur de droit international  et s’exprimant sur les ondes de Rfi. Le spécialiste  souligne par ailleurs qu’il pourrait même s’agir potentiellement de «crime de guerre».

«En l’espèce, d’après les informations qu’on a, les tirs se font sur des manifestants qui, soit, n’utilisent que des pierres, soit, ne sont pas armés. C’est-à-dire que ça pourrait effectivement relever la qualification de crime de guerre, puisque Gaza est encore considérée comme étant sous occupation israélienne. Et donc tout le droit de l’occupation s’applique à la situation qui existe pour le moment».

Pour rappel, l’attaque de l’armée israélienne a fait au moins 16 morts et quelque 1.500 blessés, selon les chiffres communiqués par le ministère de la Santé de Gaza.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1486

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1490

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1490

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1490

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1490

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1490

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leconomi/public_html/includes/common.inc:2777) in /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc on line 1490

Notice: Constant REPLACEMENT_HASH already defined in /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/minify/minify.module on line 111
Gaza toujours sous haute tension | L'Economiste

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.