Competences & rh

Startuping: Financements, accompagnement, conseils… les coups de pouce

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5218 Le 27/02/2018 | Partager
Trouver des fonds, le 1er mur à franchir
Mentors et cadres de grands groupes offrent leur expertise
Quelques solutions à la loupe
startuping-financement-018.jpg

Pourvu que le produit ou le service soit innovant et à fort potentiel de croissance, les porteurs de projets ont aujourd’hui plusieurs pistes pour trouver du conseil comme des financements. Public ou privé, cet encadrement commence à se déployer (Source: Pixabay)

C’est un fait, le milieu des banques et des investisseurs n’aime pas le risque. Placer des billes dans un projet nouveau, qui n’a donc pas encore fait ses preuves, ne tombe pas sous le sens pour le système bancaire au Maroc. L’étape “finance” est ainsi le premier mur à franchir pour un jeune porteur de projet. Autre défi à relever, le labyrinthe des procédures administratives pour créer sa startup.

Puis, quand ces étapes ont été franchies, reste des entraves à l’exercice comme les limitations de changes, qui pénalisent par exemple l’achat de publicité sur les réseaux sociaux ou la loi encore trop contraignante en cas de faillite. Pour autant, les entreprises commencent à s’ouvrir sur le phénomène startup avec toujours plus de mentors et de cadres de grands groupes engagés à accompagner les jeunes créateurs ou accompagner l’accélération du lancement d’une jeune marque.

Pourvu, bien sûr, que le produit soit innovant et à fort potentiel de croissance. L’écosystème, entre universités, banques, entreprises, Etat, et même média chargé de diffuser la bonne parole, s’organise aujourd’hui pour capter les projets innovants plutôt que de les voir s’envoler vers l’étranger.

Car souvent, faute de financement, de premier client ou de maturité du système dans leur pays d’origine, nombre de Marocains décident de poursuivre leur carrière hors des frontières. Mais s’il y a quelques années, rien n’existait pour leur faciliter la tâche, aujourd’hui les initiatives s’enchaînent et participent à améliorer l’environnement du stratuping. Déclinaison non exhaustive des solutions qui permettent de voir fleurir la culture entrepreneuriale.

• Le petit nouveau

start_one_018.jpg

Start On est un espace de coworking, équipé et gratuit pour les entrepreneurs, les startupers et les porteurs d’idées de projet. L’objectif est aussi de mettre à disposition un vivier d’experts de différents métiers et les équipes d’Orange Maroc pour aider à la création ou au développement des projets d’entreprise.

• Le très attendu

ccg_018.jpg

Lancé fin 2017 par le ministère de l’Economie et des Finances, le «Fonds Innov Invest» qui vient d’être libéré (voir article page 2) , va enfin soulager les startupers. Une enveloppe de 700 millions de DH, dont 300 millions de DH seront mobilisés par la Caisse centrale de garantie, va permettre des investissements dans quelque 300 projets de startups innovantes durant les 5 prochaines années. Cet accompagnement s’adresse aux entités de moins de 5 ans qui possèdent un haut potentiel de croissance.

• Le précurseur

technopark_018.jpg

Le Technopark a récemment lancé, en partenariat avec IBM et Happy Ventures, le centre «Tech-Innov». Une plateforme de partenariat public-privé qui offre un soutien opérationnel aux porteurs de projets innovants dans le domaine du digital. Depuis sa création, que ce soit à Casablanca, Rabat ou Tanger où il est implanté, le Technopark a accompagné un millier d’entreprises innovantes. Elles sont en permanence 250 startups et PME marocaines, avec un turnover naturel de plus de 60 nouvelles startups chaque année, pour une communauté jeune de près de 2.000 salariés âgés en moyenne de 30 ans.

• Nouvelles technologies

maroc_numeric_fund_018.jpg

Depuis 2010, le fonds institutionnel Maroc Numeric Fund (MNF) accompagne les entreprises du secteur des nouvelles technologies. Premier fonds dédié aux startups technologiques marocaines avec des tickets d’investissement à partir de 1 million de dirhams, MNF est présidé par MITC, société gestionnaire du Technopark. Un nouveau fonds Maroc Numeric Fund II, qui bénéficie du soutien de la BMCE Bank, Attijariwafa bank et Chaâbi Capital Investissement, est principalement dédié aux nouvelles technologies de l’information avec une part de 20% pouvant être allouée aux secteurs du green tech, de biotechnologie, ou tout autre secteur généraliste innovant.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc