Société

Prix Terre de Femmes: Les lauréates de l’année

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5213 Le 20/02/2018 | Partager
Zaina, Malika et Zineb qui militent pour des projets environnementaux
Elles viennent d’être récompensées pour leur engagement par la fondation Yves Rocher
Coopérative pour plantes médicinales, valorisation des déchets, les projets primés
prix-terre-de-femmes-013.jpg

Les trois gagnantes du prix Terre de Femmes: de gauche à droite, Zineb, Malika et Zaina ont été primées pour leurs parcours et leur ingéniosité qui ont permis à la population de leur village ou quartier de sortir de la précarité tout en préservant l’environnement (Ph Mokhtari)

Elles sont engagées en faveur de l’environnement, et la fondation Yves Rocher a choisi de les mettre en lumière. Pour le 9e prix Terre de Femmes, Zaina, Malika et Zineb ont été récompensées pour leur contribution à l’épanouissement d’un monde plus vert. Elles ont chacune une histoire avec la nature et leur environnement. Créé en 2001, ce prix a déjà récompensé 350 femmes de 8 pays du monde.

Outre le Maroc, il y a la Russie, la Suisse, l’Ukraine, la Pologne, la France, l’Allemagne et le Portugal. A chacune de ces pionnières récompensées, un coup de pouce qui peut tout changer et un coup de projecteur qui facilitera leurs actions. Car, au-delà de l’aide financière, c’est un regard bienveillant et encourageant que le prix apporte à ces femmes et aux projets qu’elles portent.

Les trois gagnantes de cette année, Zaina, Malika et Zineb font partie des centaines de Marocaines qui sont aujourd’hui impliquées dans une gestion écologique, la promotion des valeurs du développement durable, mais aussi l’amélioration de la condition de la femme.

A commencer par Zaina Bouhachmoud qui a remporté le premier prix cette année. Véritable enfant de la nature qui s’est familiarisée depuis son plus jeune âge avec les principes de l’agriculture traditionnelle, avec les différentes espèces de plantes aromatiques et médicinales spontanées ainsi qu’avec leur méthode de cueillette, Zaina Bouhachmoud a voulu transformer son savoir-faire en une activité génératrice de revenus qui contribuera au développement social et économique des femmes de sa région natale.

Et c’est ainsi qu’est née en 2011 une coopérative agricole Alouss pour la valorisation des plantes aromatiques et médicinales 100% bio avec la création de la première pépinière agro-écologique. Deux ans plus tard, la coopérative se développe et crée une unité d’ensachage et de distillation des plantes aromatiques médicinales et une autre pour l’extraction de l’huile d’argan.

Le deuxième prix est revenu à Malika Essaten pour le travail fait au sein de l’Association Kifah pour le développement de la femme et de l’éducation environnementale. Celui-ci consiste en la sensibilisation d’un nombre important d’élèves de la région de Haouzia, ainsi que de leurs mamans, à l’importance de la préservation des ressources naturelles, à travers une utilisation plus rationnelle de l’eau et de la terre.

nseignante et directrice du Groupe Scolaire El Haouzia, dans la province d’El Jadida, Malika Essaten a a décidé d’instaurer une politique d’éducation à l’environnement afin de sensibiliser et d’encadrer les élèves à la protection de la nature, tout en faisant bénéficier leurs mamans de sessions et de formations de sensibilisation à l’écologie, leur permettant ainsi de devenir des ambassadeurs auprès de leurs amis et famille. 100.000 élèves et leurs mamans ont pu bénéficier de ce programme.

Le troisième prix a été remis à une militante de Oued Zem, Zineb El Ouafi pour son projet de valorisation des déchets ménagers. Ce projet consiste à collecter, à court terme, environ 300 tonnes de déchets ménagers recyclables, à les trier, à les traiter puis à les revendre.

Ainsi, en plus de contribuer à la préservation des ressources naturelles et à la diminution de l’émission du gaz CO2, ce projet a également des retombées socioéconomiques positives sur la ville d’Oued Zem grâce aux emplois directs et indirects (chiffonniers, techniciens, ouvrières, trieuses…) que le projet a générés. Les bénéficiaires sont surtout des jeunes, des veuves et les femmes divorcées qui vivent dans la précarité.

Une dotation financière

Chaque année, le prix Terre de Femmes est accompagné de dotations remises aux gagnantes. Ces dotations restent symboliques, mais les gagnantes ont surtout un coup de projecteur qui facilitera leurs actions. Rappelons aussi que les primées de chaque année sont ensuite invitées à participer et concourir pour le prix international qui se déroule en dehors du Maroc. Cette année, le premier prix, 5.000 euros remis à Zaina va permettre à l’association qu’elle préside de couvrir les frais d’entretien des terres agricoles biologiques qui s’étendent sur une superficie de 10.000 m2, l’installation du système de goutte-à -goutte, mais aussi de la mise en place de nouvelles plantations. L’association Kifah que Malika préside va pouvoir financer grâce aux 3.000 euros du prix, les frais d’achat du matériel nécessaire pour le jardinage des arbres fruitiers, de plantation de nouveaux arbres et plantes aromatiques et médicinales, de personnel... Zineb va quant à elle utiliser la dotation de 2.000 euros pour développer la chaîne de production de traitement des déchets ménagers, en assurant une partie du prix d’achat d’une granuleuse ainsi que les salaires de machinistes pour 6 mois.

De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc