International

Réforme du bac en France: Ce qui va changer

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5211 Le 16/02/2018 | Partager
4 épreuves écrites et 1 grand oral, les séries spécialisées supprimées…
La première session de la nouvelle formule aura lieu en 2021
Les changements seront transposés au Maroc
france_bac_011.jpg

La France vient d’annoncer une profonde transformation de son baccalauréat. Et pour cause, 61% des étudiants ne parviennent pas au terme des études dans lesquelles ils se sont initialement engagés. La nouvelle formule a été présentée, le mercredi 14 février, en Conseil des ministres par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. La première session aura lieu en 2021. Ces changements toucheront aussi les lycées français du monde y compris le Maroc. En voici les principaux éléments (voir détail sur le site www.education.gouv.fr).

■ Les épreuves finales, 60% de la note: Comme aujourd'hui, chaque lycéen présentera une épreuve anticipée écrite et orale de français en fin de première. En classe de terminale, il présentera quatre épreuves finales. Deux épreuves écrites porteront sur les disciplines de spécialité choisies par le candidat. Une épreuve écrite de philosophie: pour tous, ce choix correspond à une tradition française et à la nécessité de conforter l'esprit critique dans la formation des jeunes générations. Un oral d'une durée de 20 minutes préparé tout au long du cycle terminal. Cet oral se déroulera en deux parties: la présentation d’un projet, adossé à une ou deux disciplines de spécialité choisies par l'élève. Un échange à partir de ce projet permettant d'évaluer la capacité de l'élève à analyser en mobilisant les connaissances acquises au cours de sa scolarité, notamment scientifiques et historiques. Le jury sera composé de trois personnes.
n Le calendrier des épreuves finales: Les épreuves de spécialités seront passées au retour des vacances de printemps. Les épreuves de français en première, de philosophie en terminale, et l'oral auront lieu à la fin du mois de juin afin que toute l'année scolaire soit mise à profit.

■ Le contrôle continu, 40% de la note finale: Il reposera sur des épreuves communes organisées au cours des années de première et de terminale et portées sur des disciplines étudiées par l'élève. A titre indicatif, ces épreuves communes pourront avoir lieu en janvier et avril de l'année de première, puis en décembre de l'année de terminale. L'organisation relèvera des établissements. Pour garantir l'égalité entre les candidats et les établissements scolaires, une «banque nationale numérique de sujets» sera mise en place, les copies anonymisées seront corrigées par d'autres professeurs que ceux de l'élève. Une harmonisation sera assurée. Les bulletins scolaires seront pris en compte pour une part limitée (10%) de la note finale afin de valoriser la régularité du travail de l'élève.

■ L'évaluation des langues: Chaque élève étudiera deux langues vivantes comme aujourd'hui. L'écrit sera évalué selon les standards européens dans le cadre des épreuves communes. L'oral sera apprécié d'après les mêmes standards, à partir de février de l'année de terminale, selon les dispositions actuelles. Parallèlement, la logique de certification a vocation à se développer, en direction d'abord des élèves qui suivent des cursus à dimension internationale (sections internationales, sections européennes, etc.) ou qui choisissent la spécialité Langues et littératures étrangères. Les enseignements en langues étrangères (disciplines non linguistiques) seront développés comme la mobilité des élèves. Par ailleurs, l'organisation du lycée général et technologique, comme les programmes d'enseignements, va évoluer pour préparer au nouveau baccalauréat. Il est question aussi de programmer des contenus d'enseignement ambitieux.

Au Maroc

Le calendrier des épreuves du baccalauréat et du diplôme national du brevet dans les établissements scolaires français au Maroc sera modifié, a indiqué Jean-François Girault, Ambassadeur de France au Maroc. Jusqu’en 2017, en effet, les épreuves se déroulaient quinze jours avant celles organisées en France, ce qui revenait à abréger l’année scolaire pour les classes de plusieurs des établissements. Comme en France, les épreuves écrites du baccalauréat 2018 débuteront le lundi 18 juin et les écrits du diplôme national du brevet se dérouleront les 28 et 29 juin. Les élèves bénéficieront ainsi d’un troisième trimestre identique à celui qu’ils auraient sur le territoire français.

4 principes inchangés

  •  Le bac est obtenu à partir d'une moyenne générale de 10/20
  •  Il n'existe pas de note éliminatoire ou de note plancher
  •  Le système actuel de compensation et de mentions est maintenu
  •  L'oral de rattrapage est maintenu en tant que seconde chance.

                                                                  

21 mesures pour l'enseignement des mathématiques

Le ministre de l'Education français Jean-Michel Blanquer a confié une mission sur les mathématiques à une équipe menée par Cédric Villani (médaille Fields  en 2010 et monsieur Intelligence artificielle), député de l'Essonne, et Charles Torossian, inspecteur général de l'éducation nationale. Ils ont présenté dans un rapport dévoilé lundi 12 février près de 21 mesures pour l’enseignement des mathématiques.

La mission s’est intéressée à l’usage du manuel et des ressources par les enseignants. L’articulation entre le support papier (plus efficace pour l’adhésion) et le numérique (plus léger et interactif) fait partie de la réflexion. Il est ainsi recommandé de mettre en œuvre dès le plus jeune âge un apprentissage des mathématiques fondé sur la manipulation et l’expérimentation, la verbalisation et l’abstraction.

Comme il est question de rééquilibrer les séances d’enseignement de mathématiques et d’encourager les partenariats institutionnels avec le périscolaire et favoriser le développement de ce secteur. Le rapport préconise aussi de recenser et pérenniser les clubs en lien avec les mathématiques (de modélisation, d’informatique, de jeux intelligents, etc.) et de rémunérer les intervenants et adapter les emplois du temps des enseignants.

L’autre idée suggérée est de proposer aux élèves du lycée un module annuel de «réconciliation» avec les mathématiques sur des thématiques et des démarches nouvelles. Il est nécessaire aussi de développer la formation continue en mathématiques des professeurs des écoles.

La mesure phare consiste en la mise en place de laboratoires de mathématiques en lien avec l’enseignement supérieur et conçus comme autant de lieux de formation et de réflexion (disciplinaire, didactique et pédagogique) des équipes. La proposition sera  expérimentée, financée et évaluée sur trois ans, dès septembre 2018, dans au moins cinq établissements et un campus des métiers par académie.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc