×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    L’UPF Maroc initie une charte déontologique du journalisme

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5167 Le 13/12/2017 | Partager
    L’association boucle sa première année d’activité
    Plusieurs projets dans le pipe avec un focus sur la formation
    upf-maroc-067.jpg

    Les journalistes membres de l’UPF Maroc ont entamé les travaux sur la conception d’une charte déontologique,  qui a pour objectif de préciser les droits et les devoirs des journalistes au sein des rédactions (Ph. BT)

    «Ce sera le grand chantier de l’année 2018», assure Meriem Oudghiri, présidente de l’Union de la Presse Francophone (UPF) section Maroc. L’association, qui a bouclé sa première année d’exercice, s’attaque en effet à un volet fondamental: l’élaboration d’une charte déontologique des rédactions. Ils étaient une cinquantaine de journalistes de la presse francophone, réunis samedi 9 décembre,  au Palmeraie Country Club de  Bouskoura, à la périphérie de Casablanca. 

    Répartis entre plusieurs ateliers, les participants ont entamé les travaux sur la conception de cette charte qui a pour objectif de préciser les droits et les devoirs des journalistes au sein des rédactions. Droits et devoirs des journalistes, traitement de l’information, intégrité et indépendance éditoriale, respect de la vie privée et de la dignité de la personne…

    Au-delà des grands principes que les professionnels s'engagent à respecter dans le cadre de leur activité, les journalistes ont tenu à identifier les nombreuses exigences morales (véracité de l'information, impartialité, distance critique, absence de collusions...) en tenant compte de la nature particulière du milieu et des contraintes journalistiques au Maroc.

    A charge pour les journalistes adhérents de l’UPF d’en adopter les principes et d’en faire la promotion au sein de leurs rédactions, entreprises et collègues.  En parlant de «chantier de l’année», la présidente  de l’association a bien conscience que l’élaboration d’un document aussi fondamental n’est pas l’affaire d’ateliers de quelques heures, aussi studieux soient-ils, mais bien d’un travail à long terme.

    C’est ainsi qu’à partir du rendu des ateliers, d’autres rencontres sont programmées pour aboutir à la réalisation d’un document, que viendront enrichir plusieurs experts nationaux et  internationaux, que l’association compte solliciter, grâce au réseau UPF monde. La réunion du samedi 9 décembre a également été l’occasion pour l’UPF Maroc de tenir sa première assemblée générale ordinaire et de présenter son bilan d’activité de l’année écoulée.

    Un bilan assez riche, dont le point d’orgue a été l’organisation du Symposium international sur le rapport des médias à l’environnement, les 30 et 31 mars à Benguerir. L’évènement a accueilli 150 médias venus de 30 pays francophones et a permis à la section marocaine d’établir de nombreux contacts avec des associations et organismes internationaux, ouvrant des perspectives de collaboration et de partenariats régionaux prometteurs.

    L’UPF Maroc continue également son cycle de «Tea time» à Casablanca. Des rencontres, sous forme de conversations, mensuelles entre des personnalités du monde politique, culturel ou social et les journalistes. Autre chantier déjà entamé par l’UPF Maroc: la formation continue. L’association a en effet initié un cycle de formation,  sur différentes questions liées au journalisme, qui devra démarrer au premier trimestre 2018.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc