Entreprises

L’Ecole Hassania monte en gamme

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5166 Le 12/12/2017 | Partager
Elle vient de lancer son doctorat dans six spécialités
Le 13 décembre, dernier délai pour le dépôt des candidatures

L’Ecole Hassania des travaux publics (EHTP) franchit enfin le pas. Elle lance son doctorat dès cette année universitaire. Les dernières candidatures seront reçues au plus tard ce mercredi 13 décembre. Six premières spécialités de doctorat sont offertes (génie civil, hydraulique & environnement, électrique, informatique), dont deux exclusives: géomatique et météorologie & climat.

«Le doctorat de l’Ecole Hassania cible les lauréats de notre établissement, les ingénieurs et autres titulaires d’un master obtenu dans l’une des spécialités couvertes par notre établissement», explique Azzeddine Ismail, directeur par intérim. 

Le Centre d’études doctorales (Cedoc) de l’EHTP, récemment accrédité, est adossé à deux laboratoires (génie civil, hydraulique, environnement & climat et génie des systèmes) regroupant neuf équipes de recherche. Ces derniers seront renforcés d’ici 2020 par un pôle dédié à la recherche pour un budget d’environ 30 millions de DH englobant des structures de recherche de pointe.

Avec le lancement de son doctorat, l’école adhère enfin à la réforme LMD. «Il s’agit pour nous de répondre aux besoins de nos différents partenaires, dont l’ONCF, l’ADM, l’ANP, LPEE, Lydec, les Agences des bassins hydrauliques, le ministère de l’Équipement et du Transport…, qui font appel à nos domaines d’expertise», précise le directeur intérimaire.

L’ouverture d’études doctorales a également pour objectif de redynamiser la recherche et d’assurer la relève, en organisant d’une part les activités de recherche au sein de l’école en se basant sur le dispositif contrat-programme, et ce par la mise en place d’un cadre réglementaire qui permettra d’assouplir la gestion de projets de recherche. D’autre part, en orientant la recherche en pôles d’excellence, avec un ancrage sur les masters.

Depuis sa création en 1971, l’Ecole Hassania a formé 5.800 ingénieurs dont 150 en double diplômation. Dans le domaine de la recherche, l’établissement veut s’arrimer aux politiques publiques dans les secteurs tels que l’énergie,  l’eau, l’agriculture, l’environnement, le bâtiment, le transport, etc.

Il y a quelques années, le gouvernement avait lancé l’initiative 10.000 ingénieurs à l’horizon 2010. Un chiffre largement dépassé, mais qui comprend aussi des ingénieurs assimilés, formés par les facultés des sciences et techniques. Nombre d’entre eux n’ont toujours pas trouvé un emploi. D’où des interrogations sur la qualité de leur formation. Pourtant, le chiffre de 10.000 ingénieurs correspondait bien aux besoins du marché.

Le défi est donc de relever le niveau de la formation des ingénieurs. C’est la raison pour laquelle les conditions d’admission au doctorat à l’EHTP sont sévères : avoir un parcours sans faute, une mention, une lettre de motivation ainsi qu’un projet de carrière. Pour la première année, l’école cible 15 élèves ingénieurs par laboratoire, soit une trentaine d’étudiants au total.

L’EHTP compte déjà 900 élèves ingénieurs. Pour héberger tout le monde, la direction a dû réaménager cet été son pôle hébergement pour augmenter la capacité d’accueil. L’école est passée d’un effectif de 437 élèves en 2007 à 950 élèves prévus en 2018/2019, soit une évolution d’environ 120%. Aussi, l’établissement arrive difficilement  à subvenir à ses besoins croissants en matière de locaux. D’où l’urgence de mettre en place un projet d’extension des espaces d’enseignement.

La formation initiale réorientée

L’Ecole Hassania des travaux publics est en train de revisiter le contenu de la formation initiale en l’orientant vers la recherche. Ce qui permettra de déboucher sur des masters accrédités, qui serviront de vivier aux études doctorales. Outre la recherche, l’école procédera bientôt à la construction d’un pôle pédagogique pour accompagner l’augmentation des effectifs des élèves issus des classes préparatoires, dictée par les stratégies nationales, visant  à répondre au besoin accru en ingénieurs capables d’accompagner le développement que connaît le Royaume.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc