Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5157 Le 28/11/2017 | Partager

■ Une tortue de 185 ans!
Il a raté de peu Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène, entre 1815 et 1821, il a posé il y a plus d’un siècle avec des prisonniers Boers et défie les lois de la nature: à 185 ans au moins, Jonathan la tortue est sans doute le plus vieil animal terrestre vivant et l’une des attractions de cette île de l’Atlantique. «Mon coeur, comment vas-tu?», lui demande Catherine Man, sa vétérinaire, lors de sa visite hebdomadaire.
Sur les pelouses de Plantation, la demeure georgienne du gouverneur de l’île de Sainte-Hélène où il réside, Jonathan lui tend son cou, long et fripé. La jeune femme s’empresse de le caresser. «C’est mon VIP, mon patient le plus important», raconte Catherine Man, seule vétérinaire de ce minuscule territoire britannique isolé, situé à mi-chemin entre l’Afrique et l’Amérique du Sud. Jonathan, la tortue géante, est une «institution» et probablement l’habitant le plus connu de cette île de 4.500 âmes. Il figure sur les pièces de 5 cents et les tampons d’immigration de Sainte-Hélène. Son statut d’attraction touristique lui vaut un traitement de faveur: ce sont les cuisines du gouverneur de l’île qui lui concoctent ses repas. Carottes, laitue, concombres, pommes et poires.
«Il a probablement des fruits et légumes de meilleure qualité que les habitants de l’île», où l’essentiel de la nourriture est importé par bateau, plaisante Catherine Man. Les circonstances de l’arrivée à Sainte-Hélène de cette tortue géante originaire des Seychelles restent un mystère. Mais une chose est sûre, Jonathan a depuis longtemps dépassé sa «date d’expiration», qui est d’environ 150 ans, selon Catherine Man. Le secret de sa longévité? «Les reptiles ont un métabolisme lent, ils respirent lentement, prennent leur temps pour manger, guérir... et vieillir», explique la vétérinaire franco-anglaise. En plus, Jonathan «a un mode de vie extrêmement détendu, avec très peu de stress. Il passe son temps sur les pelouses» de Plantation face à l’océan Atlantique «et peut-être que son caractère tranquille n’est pas pour rien dans sa longévité».

■ Un champion du monde du pull moche
Noël arrive. Et avec lui, la saison des pulls moches! Jadis cantonnés à rester au fond d’un placard, ils signent un beau retour en force depuis quelques années... À tel point que certains Youtubeurs enseignent aux internautes comment se confectionner le plus beau des pulls moches. Mais le véritable point d’orgue de ce retour en force du petit tricot de laine est sans doute le championnat du monde qui lui est consacré à Albi. Samedi 25 novembre, ils étaient plus de 600 à présenter leur pull le plus kitshissime possible. C’est d’ailleurs un dénommé Hervé qui a remporté le prix en individuel, avec un tricot forestier au goût plus que douteux!o

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc