×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5001 Le 12/04/2017 | Partager

    ■ Hausse des aides au développement…
    L’aide au développement a atteint un nouveau sommet en 2016, avec un montant de 142,6 milliards de dollars. Il s’agit d’une hausse de 8,9% par rapport à 2015 après une prise en compte des taux de change et de l’inflation. L’accroissement de l’aide consacrée aux réfugiés dans les pays donneurs a contribué à la hausse de l’aide totale. Mais lorsque l’on exclut les dépenses liées aux réfugiés, il a été constaté tout de même que celle-ci s’est accrue de 7,1%, selon les données officielles que le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE a recueillies.
    Malgré cette évolution, les données montrent que l’aide bilatérale (de gouvernement à gouvernement) aux pays les moins avancés a diminué de 3,9% en termes réels par rapport à 2015 et l’aide à l’Afrique, de 0,5%.

    ■  …Elles sont dopées par les aides aux réfugiés
    L’aide publique au développement (APD) nette totale s’est accrue dans 22 pays. Les hausses les plus fortes ayant été enregistrées en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Pologne, en République slovaque, en République tchèque et en Slovénie. Les dépenses consacrées aux réfugiés expliquent cette progression. Quant aux baisses, elles ont été observées en Australie, en Finlande, aux Pays-Bas et en Suède. Parmi les divers pays non membres du Comité d’aide au développement qui notifient leurs apports d’aide à cet organe de l’OCDE, ce sont les Emirats arabes unis qui ont enregistré le rapport «aide publique au développement/revenu national brut» le plus élevé en 2016, soit 1,12%.

    ■ Un mobile sur cinq vendu dans le monde est contrefait
    Le commerce des contrefaçons prend de l’ampleur dans le domaine des équipements informatiques et de communication. Un téléphone mobile sur cinq et une console de jeux vidéo sur quatre qui traversent les frontières sont des faux, indique l’OCDE. L’analyse des données douanières concernant 2013 fait apparaître qu’en moyenne 6,5% des biens liés aux technologies de l’information et des communications (TIC) qui sont échangés dans le monde sont des produits de contrefaçon (c’est plus de 2,5% avancé en 2016). La Chine est la première source de faux dans le domaine des TIC, tandis que c’est aux Etats-Unis que les fabricants pâtissent le plus du manque à gagner et du phénomène de dépréciation des marques.

    ■ Les Turcs se préparent au référendum du 16 avril  
    Le 16 avril, le président turc Recep Tayyip Erdogan soumettra un projet de réforme constitutionnelle à un référendum. Si la réforme est adoptée, elle conduira à la suppression du poste de Premier ministre et autorisera notamment le président à nommer et révoquer les ministres et à intervenir directement dans le domaine judiciaire. La révision constitutionnelle pourrait permettre à Erdogan de rester au pouvoir jusqu'en 2029. Mais l'opposition estime qu'elle «accorderait trop de pouvoirs au président, déjà accusé de dérive autoritaire». Pour le président turc, la question de l'adhésion de son pays à l'UE reviendrait «sur la table après le référendum».

    ■ L'Algérie en campagne pour les législatives
    La campagne pour les législatives du 4 mai a timidement débuté dimanche dernier en Algérie. «Les électeurs sembleraient peu intéressés par les débats politiques malgré la difficile passe économique que traverse le pays», selon les médias. Dans les trois semaines à venir, les 12.000 candidats en lice pour les 462 sièges de députés à l'Assemblée populaire nationale (APN) vont devoir convaincre les 23 millions d'électeurs. Les thèmes de campagne ne manquent pas: «dégringolade des prix du pétrole, flambée des prix, conflits...». Aux législatives de 2012, seuls 42,90% des électeurs avaient officiellement voté.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc