L'Edito

Ecrire, lire et... coder

Par Mohamed BENABID| Edition N°:5388 Le 08/11/2018 | Partager
mohamed_benabid.jpg

Il en faut sans doute un peu plus pour dessiner les contours d’une Moroccan tech d’envergure, avec ses startups, ses levées de fonds, ses capital-risqueurs. Pour l’ensemble de ces fronts, un quasi-consensus cependant se dégage sur la composante RH et de la formation tout particulièrement.

Des projets pilotes, comme ceux de Youcode ou 1337 parrainés par le groupe OCP (cf. notre édition du 7 novembre 2018), sont rares pour ne pas être soulignés. Ils mettent en évidence un cas d’école de stratégies égalisatrices des chances par le savoir informatique.

Apprendre à écrire, lire et... coder. Pour la programmation, qu’il faut désormais négocier en tant que compétence de base, la question n’est plus de se demander s’il faut y aller ou pas, mais dans quels délais. Encore heureux que la contribution au processus de conscientisation soit traitée beaucoup plus rapidement par des initiatives privées que par le gouvernement.

Des enjeux qui ont poussé de nombreux pays à passer à la vitesse supérieure imposant la programmation dans les cursus scolaires dès le plus jeune âge. Le contexte marocain ne manque pourtant pas d’arguments qui auraient pu plaider pour cette transition précoce.

La capacité de débrouillardise des geeks marocains, dont beaucoup ont développé des expertises par le système D, est une tendance constatée depuis plusieurs années. Elle aurait dû interpeller les pouvoirs publics sur l’urgence de plans d’action pour conforter cette matière grise.

Des ressources qui feraient le bonheur de n’importe quel recruteur et, gageons-le, des espoirs de points de PIB, si elles étaient prises en main dans le cadre de politiques structurées. Même si l’idéal d’un vivier important de programmeurs marocains ne serait pas de refus, ces ambitions ne sauraient faire l’économie d’une prise de hauteur.

Donner du sens à l’ensemble des jeunes, et pas seulement à ceux qui se destinent à l’informatique pour sensibiliser autour de son importance pour la société. Et idéalement pour transcender le statut, guère valorisant, de simple consommateur de technologies numériques.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc