Enquête

Le comité de soutien Lalla Aïcha, un cas d'école

Par L'Economiste | Edition N°:549 Le 13/07/1999 | Partager

Expérience pilote du projet "Une entreprise-une école", le comité de soutien de l'école Lalla Aïcha devra chapeauter les 600 autres comités prévus par l'Association "Partenariat Ecole-Entreprise".
Cette première expérience est menée actuellement à travers l'agence Dar Touzani à Casablanca au profit des élèves de cette école du même quartier, situé dans la Préfecture de Ben M'Sik/Sidi Othman. Celle-ci a été choisie car elle affiche les taux d'échec les plus élevés de Casablanca.
Dès le démarrage de l'expérience en décembre dernier, le comité de soutien, composé de clients de l'agence, a recensé les différents besoins de l'école et arrêté un planning de travail. Celui-ci comprend notamment la construction de blocs sanitaires, d'une bibliothèque, d'une salle de projection et de l'équipement des classes en lampes.
Aujourd'hui, plusieurs actions ont pu être concrétisées. Il s'agit entre autres de la distribution de vêtements aux enfants démunis de l'école, à l'occasion des fêtes, de la visite médicale générale au profit des élèves et de la mise en place de rideaux pour les fenêtres.

Mais c'est pendant ces vacances d'été que le comité compte mettre les bouchées doubles et passer à la vitesse supérieure pour permettre aux enfants de retrouver à la rentrée une école confortable. Les filles et les garçons de l'école Lalla Aïcha auront peut-être ainsi l'occasion de pianoter sur les claviers de leurs ordinateurs, emprunter des livres à la bibliothèque et jouer dans une cour de récréation plus accueillante. Le Comité ne s'est pas arrêté là. Il prévoit des échanges de visites entre les élèves et les enseignants d'autres écoles.
Par ailleurs, une enquête pour déterminer les attentes des élèves a été élaborée par Mme Soumia Naâmane Guessous, présidente du Comité et enseignante-chercheuse à la Faculté des Lettres. En cours de finalisation, l'enquête a pour but de cerner le profil sociologique de ces élèves et de mieux connaître leurs conditions de vie. En attendant, les premières impressions révèlent que ces enfants sont ballottés entre la violence familiale et les frustrations de l'école.

Malika EL JOUHARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc