Régions

Settat: Le BTP a son école

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:4697 Le 29/01/2016 | Partager
Un investissement de près de 313 millions de dirhams
21 filières de formation dans les métiers du secteur
Conformité aux normes et standards internationaux

C’est parti. On l’attendait depuis quelques mois déjà, l’Ecole Mohammed VI de formation dans les métiers du bâtiment et des travaux publics a été officiellement inaugurée par le Roi mercredi dernier.
L’établissement tant attendu par les professionnels va permettre de répondre aux besoins du secteur du BTP en techniciens et main-d’œuvre qualifiée.
En fait, le démarrage de la 1re tranche de cette école était prévu dès 2010-2011. Des contraintes dues notamment à l’assainissement de l’assiette foncière qui accueille le projet ont retardé la construction de l’établissement. Aujourd’hui, l’école est opérationnelle et la formation qui y est dispensée permettra de pallier le manque de main-d’œuvre qualifiée dédiée aux travaux publics (conducteurs d'engins, chefs de chantiers, ouvriers qualifiés en gros œuvres, génie civil, routes et réseaux divers, etc.).
La réalisation de cet établissement, le premier du genre en Afrique et dans le monde arabe, a nécessité la mobilisation d’un investissement de l’ordre de 312,5 millions de dirhams. Erigée sur une superficie de 84 ha, l’établissement dispose de bâtiments couverts installés sur une surface de 20.000 m2. L’école est également dotée d’espaces et d’équipements de formation conformes aux normes et standards internationaux. Elle est destinée à assurer des formations, pensées, définies et mises en place par l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) en étroite concertation avec les professionnels du secteur principalement la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (FNBTP). Cette dernière s’était d’ailleurs engagée très tôt dans la réalisation du projet avec l'objectif d'assurer la meilleure qualification des ressources humaines de ce secteur.
Pour renforcer ce partenariat, les deux parties avaient appelé à «un plus grand rapprochement entre les représentations régionales de l'OFPPT et de la FNBTP et à la généralisation des comités de gestion aux autres établissements sectoriels pour une meilleure adéquation entre l'offre de formation et les besoins du secteur». Les deux partenaires avaient également initié une étude de définition des besoins en ressources humaines, avec l'implication des départements ministériels de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Eau. Cette étude a permis la mise en place des formations assurées aujourd’hui par l’établissement. En effet, avec une capacité d’accueil de 2.000 places pédagogiques, l’Ecole Mohammed VI de formation dans les métiers du bâtiment et des travaux publics va assurer la formation dans 21 filières dédiées au secteur du bâtiment et des travaux publics. Des formations de niveau technicien spécialisé (génie civil, maintenance des engins BTP, gros œuvres, géomètre-topographe, conducteur de travaux), de niveau technicien (dessinateur de bâtiment, chef de chantier, cuisine) et de qualification (conducteurs d’engins de travaux routiers, de terrassement et d’assainissement, ouvrier qualifié de canalisation, ouvrier qualifié de voirie, employé d’étage).
En outre, l’établissement dispensera également des formations de spécialisation en maçonnerie polyvalente, ainsi que des formations qualifiantes dans les filières qualité-sécurité-environnement, logistique et approvisionnement, gestionnaire du parc matériel, coffreur-ferrailleur, grutier à tour et mobile, opérateur de laboratoire BTP, métreur BTP, et maintenance d’engins lourds et industriels.
La nouvelle école dispose aussi d’un bloc administratif, de plusieurs salles pédagogiques, d’ateliers de formation, de laboratoires, de plateformes de travaux pratiques, d’une bibliothèque, d’un amphithéâtre. Les élèves bénéficieront d’un internat d’une capacité de 496 lits…

Partenariat constructif

L’Ecole Mohammed VI de formation dans les métiers du bâtiment et des travaux publics a été réalisée dans le cadre d’un partenariat entre les départements de l’Equipement et du Transport, de l’Habitat, de l’Eau et de l’Environnement, le conseil régional, le conseil provincial de Settat, l’OFPPT, la Fédération nationale du bâtiment et des travaux publics, la Fondation OCP, l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel, l’Usaid, l’Agence française de développement et le groupe Volvo. Une assistance technique internationale a également été mobilisée, notamment pour la définition des programmes, le recrutement et la formation des formateurs, ainsi que l’appui à la définition des équipements nécessaires.
L’école a également bénéficié d’un don du gouvernement chinois en fourniture de complément d’équipements, d’une valeur de 20 millions de dirhams.

De notre correspondant,
Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc