Economie

Caisse de compensation
La circulaire qui attise le feu

Code confidentiel et personnalisé pour les visiteurs
La demande adressée par mail au moins 24 heures à l’avance
Les pétroliers trouvent la procédure choquante

Pour accéder à la Caisse, les opérateurs ont besoin d’un code confidentiel

Le torchon brûle entre la Caisse de compensation et les pétroliers. En cause, la dernière circulaire adressée par cette administration aux opérateurs. Une note dans laquelle la Caisse informe «ses partenaires» qu’un nouveau système de contrôle de l’accès à cette administration est mis en place. Plus exactement, un  code d’accès confidentiel sera délivré à chaque fois qu’un opérateur souhaiterait se rendre à la Caisse de compensation. «Confidentiel et personnalisé, ce code est valable 24 heures durant les horaires de travail administratif de la Caisse de compensation », souligne le document. Pour cela, les «partenaires» de la Caisse sont invités à saisir cette administration par email au moins 24 heures à l’avance. L’objet de la visite doit être précisé dans la demande qui lui serait adressée.  Cette procédure est jugée «choquante» par les pétroliers. Elle intervient aussi à un moment assez «sensible» puisque les relations avec le management de la Caisse ne sont pas au beau fixe. Le Groupement des pétroliers du Maroc (GPM) a d’ailleurs relevé que «cette nouvelle disposition ne fera qu’alourdir les démarches». Et ce, au moment même où le gouvernement cherche par tous les moyens à alléger les procédures administratives privilégiant ainsi une politique de proximité. Le GPM demande ainsi à la Caisse de «surseoir à cette mesure, le temps de fluidifier toutes les procédures mises en place».Depuis quelques semaines, les relations entre les pétroliers et la Caisse de compensation sont de plus en plus tendues. Le rapport présenté par cette administration lors de la discussion du budget du département Affaires générales et de la gouvernance a  fait monter la tension d’un cran. Car les constats et remarques dressés font porter aux pétroliers tous les maux de la compensation (cf. L’Economiste n°4152 du vendredi 15 au lundi 18 novembre). Ce qu’ils rejettent en bloc. Ce rapport qui s’est attaqué aussi bien à la structure des prix des produits subventionnés qu’à la réglementation en vigueur et au processus de contrôle tel qu’il est organisé semble avoir pour but d’ériger la Caisse de compensation en «superstructure». Ce qui lui permettrait d’être partie prenante dans le processus d’achat aussi bien que le contrôle et la liquidation des dossiers de subvention. « Avec cette mégastructure, le management de la Caisse veut récupérer les attributions du ministère de l’Energie et éliminer le double contrôle exercé actuellement », souligne un opérateur.


K. M.

Dans la même rubrique

Tourisme à Tenerife: Un modèle à portée de main<br>DNES Bachir THIAM Tenerife, toponyme d’origine amazighe de Tin Irifi (endroit de la soif ou mont clair), est une destination touristique à Tenerife est la plus grande des sept îles qui composent l´archipel des Canaries. L´île est située à un peu plus de 300 km du continent africain et à...
Dette privée<br>La hausse du coût refroidit les entreprises La montée des taux obligataires qui servent de référence au calcul du coût des émissions sur le marché de la dette privée rend moins attractives ces sources alternatives de financement. Le ralentissement, voire la chute des émissions sur certains produits, s’explique...
Missions diplomatiques au Maroc<br>Des employés quasi «clandestins» /sites/default/files/missions_diplomatiques_au_maroc_des_employes_quasi_clandestins.jpg
Tourisme/Tenerife<br>«De la décentralisation naît le développement local» «Tenerife a les pieds en Europe, l’esprit en Afrique et le cœur en Amérique», la volonté d’ouverture de l’île est portée à bras le corps par son président, Carlos Alonso Rodriguez Le président de la région autonome de Tenerife, Carlos Alonso Rodriguez, est un véritable...
Médicaments<br>L’éventuel effet pervers de la baisse des prix Les produits pharmaceutiques font partie de la liste des produits et services réglementés déterminée par l’arrêté ministériel du 13 juillet 2010. L'industrie pharmaceutique a réalisé un chiffre d'affaires de 7,9 milliards de DH en 2010 Plus que 15 jours pour commenter l...