l'Economiste
Edition N° 3673 du 08/12/2011

Martil: Des récifs artificiels pour repeupler les fonds
Points: 
Reconstruction des habitats sous-marins pour la préservation des espèces protégées
Principaux bénéficiaires, les pêcheurs de la région
Coût du projet: 37,5 millions de DH
3673
08-12-2011

C’EST un projet original et inédit que celui initié à Martil par le département de la Pêche. Il s’agit de l’installation près du littoral de récifs artificiels à Martil. Le projet, mené conjointement avec l’Institut national de la recherche halieutique (INRH), a pour objectif d’aider à la reconstitution et la réhabilitation du milieu marin. Il devra aussi aider à la préservation et au renforcement de la biodiversité marine ainsi que l’exploitation rationnelle des ressources biologiques de la région de Martil. Par ricochet, le projet devra aussi aider à améliorer le revenu des pêcheurs de la zone tout en développant des activités ludiques comme la plongée sous-marine.
A Martil, le site ciblé, dont les travaux d’immersion ont été lancés par le Souverain hier mercredi, aura une superficie de 52 hectares avec des profondeurs variant entre 21et 40 mètres. La «plantation» sous-marine est située à un kilomètre au sud-est des côtes de Cabo Negro. Les travaux ont été confiés à la société Somagec-sud. Cette dernière utilisera sa base au niveau du port militaire de Ksar Sghir, dont elle vient de finaliser les travaux pour fabriquer les modules des récifs et les acheminer ensuite par voie terrestre vers le port de Mdiq et de là, via des barges dédiées, au site en question.
L’agencement comprend une ceinture de protection réalisée à l’aide de simples tétrapodes comme ceux utilisés pour les travaux maritimes. L’espace de vie sera fait avec des cubes en béton de 1,5 mètre de côté. Ces cubes disposent de perforations de diamètres différents pour permettre aux différentes espèces de poisson d’y trouver refuge. L’aménagement de ces récifs s’est fait en tenant compte des spécificités des différents types de poisson ciblés. Dans le cas des récifs de Martil, c’est le mérou qui est en tête des espèces à protéger. Ce poisson évolue dans des profondeurs différentes en fonction des stades de vie et des saisons. En résumé, le mérou préfère évoluer dans des profondeurs plus basses en hiver. D’où l’aménagement en deux niveaux de récifs artificiels, un à 20 mètres et l’autre à 42 mètres, reliés par un corridor. Les sites conservent malgré tout un potentiel d’accueil important pour d’autres espèces de poissons, selon les promoteurs du projet. Le coût total de l’opération est de 37,5 millions de DH et les travaux de pose devraient être finalisés dès le mois de mars 2012.
L’objectif à plus long terme, selon le département de la Pêche maritime, est d’installer des récifs artificiels pour chaque village de pêche. A l’horizon 2020, il s’agit d’installer 29 récifs artificiels dont 10 de type industriel. Le budget global de l’opération est estimé à 500 millions de DH, dont les deux tiers dédiés à la fabrication et à l’installation de ces espaces de vie sous-marins.

Un nouveau port de pêche pour Tanger

MARDI dernier, le Roi a donné le coup d’envoi des travaux du futur port de pêche de la ville de Tanger. A l’ouest immédiat du port actuel, le futur port de pêche comprendra 1.167 mètres linéaires d’ouvrages de protection, 2.537 mètres linéaires de quais et d’appontements, 11 ha de bassin et 12 ha de terre-pleins. Il sera doté de différentes dépendances liées à l’exploitation de l’activité de pêche telle qu’une halle aux poissons, fabriques de glace, entrepôts frigorifiques, etc. Il sera mis en service en mars 2015, avec un investissement avoisinant le 1,1 milliard de DH. Il sera financé par le budget de l’Etat à hauteur de 375 millions de DH, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social, 375 millions de DH, le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime avec 60 millions de DH, l’Office national des pêches, 180 millions de DH et la Société d’aménagement pour la reconversion du port avec 100 millions de DH. A noter que le projet rentre dans le cadre de la réalisation du projet de réaménagement du port de Tanger-ville pour un budget prévu de 6,2 milliards de DH.

De notre correspondant, Ali ABJIOU

Légende Image: 

Les récifs artificiels seront installés à un kilomètre de la côte, à proximité de vue de la Koudia Taifour à Cabo Negro

Version normal