Competences & rh

Préscolaire: Marrakech-Safi décline sa stratégie

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5399 Le 27/11/2018 | Partager
5.897 nouvelles classes à construire d’ici 2028
La première tranche de 433 salles nécessite une enveloppe de 39 millions de DH
L’Académie régionale identifie ses partenaires pour la gestion et le financement

433 nouvelles classes construire en 2019 pour un investissement de 38,9 millions de DH. C’est la première étape du plan régional de Marrakech/Safi pour la généralisation du préscolaire. Ces classes devront absorber 11.000 élèves et porter le taux de couverture  en préscolaire à 60%. En 2021, ce taux devra atteindre les 69% avec la création de 2.152 classes supplémentaires.

Enfin, il faudra construire le reste, soit 3.312 classes à l’horizon 2028 pour atteindre un taux de couverture de 100%. Ces objectifs viennent d’être présentés par l’Académie régionale de l’éducation et de formation (Aref). Dans la région qui comprend 7 provinces en plus de la ville de Marrakech, un enfant sur deux âgés entre 3 et 5 ans accède à l’enseignement préscolaire.

Le taux de scolarisation le plus faible est à Youssoufia avec 24%, suivi paradoxalement par celui de la ville de Marrakech 41% alors qu’à Rhamna, le taux de scolarisation est de 89%. Si les écarts sont aussi importants, c’est parce que le secteur est longtemps resté en marge de toutes les réformes. D’où le programme de généralisation concocté par le ministère de l’Education nationale et décliné sur le plan régional par l’Aref.

Dans le même élan, il s’agira d’identifier les partenaires pour la gestion et le financement des classes à construire. Outre le ministère de l’Education nationale, le plan s’appuie sur l’INDH, les conseils régionaux, provinciaux, les communes, le Fonds de développement rural, le secteur privé et la société civile.

Ces acteurs vont assurer le financement de la construction, la mise à niveau et l’équipement des infrastructures. La région de Marrakech connaît déjà une très belle expérience. Celle menée par RIM Relais instruction éducation Maroc avec l’appui de l’association Aide et Action International.

Les deux ONG ont financé 24 classes pour le préscolaire dans la vallée d’Imlil. Les villageois se sont mobilisés, faisant don, dans chaque douar bénéficiaire, du terrain pour la construction de la classe. «Ils ont participé à la fois à la construction de ces établissements et à la création d’une association locale pour en assurer la gestion», explique Ghizlane Boulouart de RIM. En effet, il ne suffit pas seulement de créer une classe, mais surtout de pérenniser la démarche.

En 9 ans, plus de 2.000 enfants ont pu bénéficier de cet enseignement dont 49% des filles poursuivent maintenant leur scolarité à l’école primaire et au collège. «Leur aisance et leurs résultats montrent tout l'intérêt de cette initiative», se réjouit Boulouart.

Un des impacts majeurs du projet est aussi la forte dynamisation sociale créée autour de ces classes puisque des comités de mères éducatrices ont vu le jour et de nombreux projets de développement ont été conduits. RIM et Aide Action International ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et comptent bien participer et aider l’Aref pour son ambitieux plan, annonce Koffi Adjimon, directeur régional Afrique d’Aide et Action.

Carte de visite

prescolaire-marrakech-safi-099.jpg

 (Les visages ont été modifiés - Ph. L’Economiste)

Le réseau Aide et Action International rassemble des acteurs de plusieurs continents engagés solidairement pour faire progresser le développement humain par l’éducation dans le monde. Parmi les différents projets où intervient cette ONG, la petite enfance. Objectif : accompagner le développement des enfants avec les parents.
Cette volonté se traduit par la mise en place de projets dont l’objectif est de réduire la mortalité infantile et la maltraitance, mais aussi de favoriser l’éveil et développer de bonnes conditions d’apprentissage aussi bien dans la famille qu’en garderie et en classe maternelle. En Afrique, outre le projet d’Imlil, l’ONG accompagne des projets similaires au Togo, à Madagascar et au Mali.

De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc