Courrier des Lecteurs

Marrakech: L’aéroport de la honte!

Par L'Economiste | Edition N°:5396 Le 22/11/2018 | Partager
marrakech-laeroport-096.jpg

Les longues listes d’attente pour l’enregistrement sont devenues une règle au départ ou à l’arrivée de l’aéroport de Marrakech, pourtant récemment rénové. Les touristes doivent prendre leur mal en patience et passent en moyenne deux, voire trois heures, entre l’atterrissage et la sortie de l’aéroport. Un phénomène qui a fait réagir bon nombre de lecteurs en colère… (cf. notre édition du 13/11/2018)

■ Trop de contrôle tue le contrôle
Le problème des queues interminables à la douane de l’aéroport de Marrakech ne peut plus durer. Trop de contrôles tue le contrôle! Une fois, on nous a laissé attendre sous une pluie battante à l’extérieur de l’aéroport pour pouvoir accéder au contrôle scanner. Mes enfants et moi-même étions complètement trempés. Les touristes sont effarés par cette situation quasi-irréelle! Il y a exactement six contrôles de passeports au départ de Marrakech. A l’arrivée, c’est pareil. Je prends l’avion tous les mois et demi depuis deux ans et c’est de pire en pire! Il faut vite agir car Marrakech est une ville touristique… Organisez-vous!     
 Montilla
■ Multiplions les listes d’attente
Je passe en moyenne deux  fois par mois par l’aéroport de Marrakech. Les attentes sont devenues interminables. La faute à un manque flagrant de personnel et d’organisation. La solution? Créer de nouvelles files d’attente en fonction de son statut, suivant que l’on soit un Marocain résident ou un touriste étranger.
Causse
■ Et les toilettes dans tout ça?
A l’extérieur de l’aéroport de Marrakech, rien n’est prévu pour les personnes qui attendent les voyageurs. Il n’y a pas de toilettes et encore moins d’abri pour l’hiver ou l’été. Un geste qui changerait la donne pour les voyageurs ou les personnes venues les récupérer, en particulier les personnes âgées.               
Freginette

                                                                                

Lait: On en consomme trop peu!

lait_096.jpg

Les Marocains ne s’alimentent pas suffisamment en lait d’après l’OMS. La consommation du liquide riche en calcium au sein du Royaume demeure encore inférieure de 11 points à la quantité recommandée par l’organisme. Des conseils que ne semblent pas partager nos lecteurs… (cf. notre édition du 11/11/2018)

■ Passer par le pouvoir d’achat… Plus judicieux!

En termes de nutrition, il n’est pas rationnel de quantifier la consommation recommandée par jour et par type de produits. Les composantes du lait peuvent en effet être apportées au corps humain par d’autres aliments!
D’autant plus que le Maroc est un pays connu pour son importante diversité alimentaire. Il serait en fait autrement plus judicieux d’évaluer le pouvoir d’achat, plus représentatif à ce niveau-là. Plus ce dernier est élevé, plus le consommateur a de chances de se nourrit correctement!

Ily

■ C’est la dose qui fait le poison

125 ml par jour est un bon compromis puisque cela représente une consommation annuelle de 45 litres. Ce qui n’est pas rien! Il faudrait plutôt s’habituer à manger diversifié en se rappelant que c’est la dose qui fait le poison.

Ily
Des normes qui changent continuellement
L’année dernière, l’OMS recommandait 90 litres de lait par habitant et par an. Il est étonnant de constater que ce chiffre est passé à 70 litres cette année! Quid du chiffre exact? J’ai vérifié sur les sites de l’OMS et de la FAO et, à ma grande surprise, rien n’est mentionné à ce sujet. Un réel manque de crédibilité…

Omar Joundi

                                                                                

GMT+1: La grogne continue!

crai_tgv_096.jpg

■ De nouveaux horaires absurdes!
Nous n’étions pas dans l’obligation de toucher aux horaires scolaires! Personnellement, je suis entièrement pour la décision du maintien de l’horaire GMT+1, quoique prise dans la précipitation et sans aucune stratégie de communication digne de ce nom.
Les Marocains n’ont qu’à se coucher plus tôt et se lever plus tôt, comme cela se fait dans les pays développés. Par contre, j’ai été étonné  par la programmation des nouveaux horaires scolaires. Une décision de toute évidence totalement absurde! Les responsables qui l’ont prise vivent-ils sur une autre planète? En effet, comment les élèves et leurs enseignants pourront rejoindre leur domicile, déjeuner et retourner à l’école en une heure? (notamment au sein des grandes villes, dans lesquelles le problème du transport fait largement barrière). Comment les parents qui travaillent pourront assurer le transport de leurs enfants? Et j’en passe…
Moutaoukkil

■ Réglons d’abord  le problème des conditions d’hygiène
Avant de penser à l’heure, il faut d’abord équiper les écoles de blocs sanitaires, d’eau courante et d’espaces de réfection pour que les élèves puissent se soulager et consommer leurs repas dans des conditions d’hygiène acceptables... Un simple sondage permettrait de relever que la majorité des élèves issus des écoles publiques refusent d’accéder aux toilettes des écoles et attendent de rentrer chez eux en mi-journée pour faire leurs besoins et se nourrir. Que l’on atteigne d’abord les normes de sécurité, de mobilité et d’hygiène avant de courir après l’heure européenne.
On ne met pas la charrette avant les bœufs!
Benjouad

                                                                                

Diabète: La maladie gagne du terrain

diabetes_096.jpg

Plus de 2 millions de personnes âgées de 18 ans et plus sont diabétiques au Maroc. Le pire? La moitié d’entre elles l’ignore! Des chiffres inquiétants récemment publiés par le ministère de la Santé qui ont suscité de vives réactions auprès de nos lecteurs… (cf. notre édition du 14/11/2018)

■ Réduisons notre consommation de sucre
On retrouve du sucre dans de nombreux aliments régulièrement consommés par les Marocains, dont notamment le pain blanc, le thé, les pâtisseries, les confiseries, les boissons gazeuses ou encore les jus. Il faudrait rééduquer la population à manger plus sainement et encourager les entreprises à commercialiser des produits sans sucre ajouté.

Hamza

■ De qui se moque-t-on?
823. 000 patients pris en charge? C’est probablement vrai, mais dans quelles conditions le sont-ils? Le ministère de la Santé doit changer à ce niveau!

Karim

■ Pourquoi pas un centre spécialisé?
Pourquoi ne pas créer un centre ou un CHU spécialisé uniquement dans le traitement des maladies comme le diabète? 

Ali Najab

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc