Culture

Afrique, Asie, Amérique du Sud… au Musée des Confluences

Par Joséphine ADAM | Edition N°:5389 Le 09/11/2018 | Partager
Nouvelle exposition dédiée à la philanthrope américaine Patti Birch
200 objets des arts islamique, asiatique, précolombien, africain et du patrimoine judéo-marocain
musee-des-confluences-089.jpg

Pour l’ouverture de l’exposition, Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées du Maroc, avait convié les grandes personnalités du monde de l’art et de la culture autour du ministre du Tourisme, Mohammed Sajid. Le président de l’Institut du Monde Arabe, Jack Lang, était lui aussi du voyage (Ph. Mosaik)

Le Musée des Confluences à Marrakech nous balade au gré des voyages de Patti Birch. Au coeur de ses passions et des collections qu’elle a amassées pendant des décennies jusqu’à son décès en 2007. Pour l’ouverture de l’exposition, Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées du Maroc, avait convié les grandes personnalités du monde de l’art et de la culture autour du ministre du Tourisme, Mohammed Sajid.

Dar El Bacha rend ici hommage à cette philanthrope américaine, à travers quelque 200 objets déclinés entre les arts islamique, asiatique, précolombien, africain et le patrimoine judéo-marocain. Dans ce bâtiment de la médina, ancienne demeure seigneuriale construite dans les années 1910 par Thami El Glaoui, l’exposition est également enrichie d’une collection d’objets provenant des autres musées du Maroc et d’une donation de Khalid El Gharib.

Patti Cadby Birch reprend possession de ces lieux qu’elle avait déjà transformés en musée des arts avec des collections à caractère universel d’une grande valeur anthropologique. Quelques années plus tard, Dar El Bacha met au jour les masques et les statues africaines, sud-américaines, asiatiques qu’elle possédait.

musee-des-confluences-a-marrakech-089.jpg

Quelque 200 objets déclinés entre les arts islamique, asiatique, précolombien, africain et le patrimoine judéo-marocain sont présentés pour l’exposition dédiée à Patti Birch au Musée des Confluences à Marrakech (Ph. Mosaik)

Dans l’un des salons, ce sont des ornements de cache Torah, une chaise de circoncision du 19e siècle ou des sacs de bar mitsvah du 20e, qui renseignent sur le patrimoine judéo-marocain. Autant de collections magnifiées par l’architecture de ce vaste riad. Dans les années 60, travaillant comme conservateur dans le département d’Art Islamique au Metropolitan Museum of Art, le Met à New York, Patti Birch restaure le Minbar de la Koutoubia, actuellement exposé au Palais El Badi.

Pendant un an, elle et son équipe s’installent à Marrakech pour suivre leur projet et former des restaurateurs marocains. Sa fibre artistique, elle la tisse très tôt auprès d’un père sculpteur et d’une mère d’origine russe qui a consacré son temps à l’éducation de ses 7 enfants.

Elevée dans une ferme à Stonly Point dans la région new-yorkaise, elle intègre le monde de l’art en s’improvisant vendeuse intermédiaire entre le musée de Philadelphie et le père d’une amie suisse, avant que la galerie Knoeidlers lui propose d’acheter pour son compte des tableaux impressionnistes. Sa notoriété auprès des connaisseurs de l’art n’a depuis jamais flanché.

J.A.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc