Régions

Casablanca: Encore des effondrements

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5388 Le 08/11/2018 | Partager
Chaque hiver, le même scénario se répète
Les habitants toujours réticents à quitter l’ancienne Médina
Les formules de relogement jugées inadaptées
casa_effondrement_088.jpg

Deux maisons menaçant ruine, dont l’une n’était pas occupée, se sont effondrées mardi 6 novembre au quartier Tazarine de la Médina de Casablanca. Bilan: Deux femmes ont trouvé la mort et une autre a été blessée (Ph. Jarfi)

Encore des victimes d’effondrements à Casablanca, dans l’indifférence générale. Comme chaque saison pluviale, les maisons de l’ancienne Médina s’effritent, faisant des victimes humaines et causant de nombreux dégâts matériels. Le dernier drame en date s’est produit mardi dernier au quartier Tazarine.

Deux femmes ont trouvé la mort et une autre a été blessée suite à l’effondrement de leur maison. Le drame, survenu vers 7H15 a occasionné l’écroulement d’une autre habitation mitoyenne inoccupée. Les deux bâtisses faisaient l'objet d'une interdiction d'habiter, selon le ministère de l'habitat, qui a réagi suite au drame.

Ces deux immeubles, l'un vacant, portant le n°68 et composé d'un rez-de-chaussée et de deux étages et l'autre n°32, composé d'un rez-de-chaussée et de trois étages et occupé par trois personnes, font l'objet depuis 2012 d'une interdiction d'habiter sur la base d'une expertise réalisée par le LPEE, toujours selon le ministère.

Les victimes, une grand-mère, sa fille et sa petite-fille, n’ont pas quitté les lieux, suite à un différend familial (le reste de la famille ayant pu bénéficier d’un relogement via la Sonadac).  Ce scénario, qui se répète chaque année, rappelle la situation compliquée des habitants des quartiers, situés sur le tracé de l’Avenue royale (un projet qui peine à se concrétiser). L’opération de relogement, entamée depuis des décennies, n’est toujours pas finalisée. Plusieurs familles continuent de vivoter dans des demeures qui risquent de s’effondrer à n’importe quel moment.

En 2014, plusieurs conventions ont été signées  pour venir à bout de l’habitat insalubre sur le territoire du Grand-Casablanca (bidonvilles, maisons menaçant ruine, quartiers sous-équipés, insalubres…). Une enveloppe globale de 2,4 milliards de DH a été consacrée à ce chantier. L’une des conventions stipule le financement d’une opération d’acquisition de 2.600 appartements auprès des promoteurs immobiliers par la Sonadac (Société nationale d’aménagement communal), afin de reloger les habitants des maisons menaçant ruine dans la zone du projet de l’Avenue royale. L’opération mobilise 624 millions de DH dont 104 alloués par le FSH.

Mais, plusieurs habitants refusent de déménager, car la formule retenue permet au chef de ménages de bénéficier d’un logement à 70.000 DH, alors que les autres membres de la famille devront s’acquitter de 200.000 DH (via des crédits bancaires).
Chose que beaucoup contestent, refusant de quitter les lieux, en attendant d’autres alternatives.
D’autres vont même jusqu’à exiger de bénéficier de lots de terrain à l’instar des bidonvillois. En effet, le mode de recasement par lots de terrains bi-familiaux est particulièrement prisé. Car, contrairement à la formule appartement, ces lots permettent de bénéficier en plus d’un demi lot et de locaux à usage commercial, terrasse…

De même, le relogement dans des quartiers périphériques comme Errahma, Ennassim ou Lisassfa pose problème. Il équivaut à un déracinement pour ces populations qui s’adonnent pour la plupart à des activités de vendeurs ambulants, porteurs au port, au marché … dans les quartiers avoisinants. Le fait de les reloger ailleurs, les éloigne de leurs principales sources de revenus. Les déplacements quotidiens deviennent problématiques et trop coûteux.

La métropole compte, à elle seule, près de 2.300 constructions qu’il faut démolir d’urgence et 9.350 bâtisses qui nécessitent des travaux de réfection. Au total, l’on estime à plus de 10 milliards de DH le montant nécessaire pour restaurer l’ensemble de ces édifices.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc