International

Production céréalière: La FAO revoit à la hausse ses prévisions

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5386 Le 05/11/2018 | Partager
Elle atteindrait les 2.601 millions de tonnes cette année
Des perspectives prudentes pour les années à venir
Au Maroc, la saison s’annonce sous de bons auspices
production_cerealiere_086.jpg

Les prévisions concernant la production et les stocks de céréales ont été revues à la hausse. Mais les perspectives pour 2018-2019 indiquent toujours un resserrement des disponibilités par rapport à 2017-2018

La FAO a revu à la hausse ses prévisions concernant la production céréalière mondiale pour cette année pour lui faire atteindre les 2.601 millions de tonnes. Et ce, en raison d’estimations plus élevées concernant la production de blé au Canada et en Chine. Néanmoins, les nouvelles prévisions demeurent 2,1% en dessous du niveau record atteint en 2017.

Selon le bulletin sur l’offre et la demande de céréales publié le 1er novembre 2018, la production mondiale de blé pour cette année devrait s’établir autour des 728 millions de tonnes. Ce qui marque notamment une baisse de 4,3% par rapport à l’année précédente. Les cultures hivernales de blé, qui seront récoltées en 2019, sont actuellement en phase de plantation dans l’hémisphère nord. Des prix généralement élevés en Union européenne, aux Etats-Unis et en Inde devraient encourager une hausse des plantations.

La production mondiale de céréales secondaires devrait atteindre 1.360 millions de tonnes, soit une baisse de 2,2% par rapport à 2017. Les cultures de céréales secondaires actuellement en train d’être plantées dans les pays de l’hémisphère sud et des perspectives préliminaires ont de fortes chances d’entraîner une expansion des plantations de maïs en Amérique du Sud.

L’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture prévoit une hausse de l’utilisation mondiale de céréales de 0,2%. Ce qui lui ferait atteindre un niveau record de 2.653 millions de tonnes, stimulé par une hausse de l’utilisation du maïs à des fins animales ou industrielles, en particulier en Chine et aux Etats-Unis.

A l’issue de la saison 2019, les stocks céréaliers mondiaux devraient atteindre près de 762 millions de tonnes, soit presque 6,5% de moins que leur niveau record d’ouverture. Les stocks mondiaux de céréales secondaires devraient chuter pour la première fois en six ans.

Tandis que ceux du blé sont appelés à diminuer de 4,5%, en raison des prélèvements effectués par les principaux pays exportateurs. Cette année, la production mondiale de riz devrait surpasser le niveau record de 1,3% enregistré l’année dernière pour atteindre les 513 millions de tonnes.
Quant aux stocks mondiaux, ils devraient augmenter de 2,6% pour atteindre les 176,6 millions de tonnes.

Le commerce international de céréales devrait diminuer de 1,1% par rapport au niveau record atteint entre 2017 et 2018, avec notamment une régression du commerce de blé et de riz. Le commerce mondial de céréales secondaires devrait rester proche du niveau record atteint l’année dernière, avec près de 195 millions de tonnes et une hausse des quantités de maïs, tandis que celles de sorgho accuseront une baisse.

Au Maroc, pour assurer un bon démarrage de la campagne agricole 2018-2019, le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch a rappelé les différentes dispositions prises par son département pour soutenir le secteur (voir aussi notre édition N° 5368 du 10/10/2018).

D’autant plus que la campagne précédente a enregistré des évolutions record. C’est le cas des céréales où l’évolution a été de 7%  avec une récolte exceptionnelle de 103 millions de quintaux. Un record historique attribué à la bonne pluviométrie et aux performances induites par les itinéraires techniques du Plan Maroc Vert.

CIC: Des prévisions pour 2019-2020

production_cerealiere_2_086.jpg

 

Dans son rapport sur le marché des céréales, publié le 25 octobre 2018, le Conseil international des céréales (CIC) s’attend à ce que la production mondiale, toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires), devrait diminuer de 1% en 2018/2019, à 2.081 millions de tonnes, son plus bas niveau en trois ans. Une meilleure moisson de maïs (+26 millions de tonnes d’une année sur l’autre) est jugée neutralisée par des replis pour d’autres cultures, notamment le blé (-38 millions) et l’orge (-6 millions). Le Conseil prévoit un essor des superficies mondiales sous blé pour la moisson 2019/2020, la première hausse en quatre ans. Mais il faudrait des pluies pour les semis et l’établissement des cultures dans certaines des principales régions de production, notamment certains points de l’UE, de la Russie et de l’Ukraine. Compte tenu des conditions actuelles, les experts misent sur un repli notable des superficies sous colza dans l’UE.

F. Z. T.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc