Analyse

Impulsion royale pour les médinas: Gros espoirs sur le projet de valorisation

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5378 Le 24/10/2018 | Partager
Les professionnels espèrent doubler les nuitées en 2020
Valorisation, circuits touristiques, formation… axes prioritaires

La question de la promotion du tourisme de la ville de Meknès était au centre du 3e Forum international du tourisme à Meknès (FITAM), tenu à la veille du lancement du programme de valorisation. Initiée par l’Association Ismaïlia Al Kobra, en présence des représentants du département de Mohamed Sajid, cette réunion a permis aux deux parties de présenter une liste de recommandations visant à doper le tourisme et promouvoir la destination.

■ Le tourisme, une affaire de tous
Pour Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme (CPT Meknès), «le tourisme est une affaire de tous: élus, autorités locales, services extérieurs, professionnels et acteurs associatifs». En effet, une mission est assignée à chacun de ces différents intervenants «dans le but d’assurer une sérénité de ce secteur prépondérant dans le développement local, la création d’emplois et de richesses». En tout cas, le programme de réhabilitation et de valorisation de la médina de Meknès, signé le 22 octobre, donne de gros espoirs aux professionnels du tourisme. Doté d’une enveloppe de 166 millions de DH, ce plan vise la valorisation des sites historiques, l’amélioration de l’accessibilité et le renforcement de l’attractivité de la destination. Pour Terrab, «ce programme mobilisera davantage le patrimoine culturel de Meknès et consolidera son attractivité touristique». En effet, le patrimoine historique matériel et immatériel de la cité ismaïlienne, son arrière-pays, ses multiples sites, dont celui de Volubilis, et sa richesse culturelle, ainsi que sa civilisation millénaire… sont autant d’atouts qui peuvent hisser le produit culturel de la destination. Comparable aux produits culturels de Paris, Londres, Rome et Florence, l’offre de la capitale ismaïlienne peut se positionner sur les mêmes objectifs que ceux des villes mondiales. Meknès devrait au moins doubler ses nuitées d’ici 2020 (230.000 nuitées en 2017).

■ Capacité, formation… des chantiers prioritaires aussi
Concrètement, les professionnels meknassis réclament trois chantiers essentiels. Pour eux, il faut mettre en place l’infrastructure d’accueil à travers la mobilisation du foncier ainsi que la promotion du produit qui existe déjà et qui ne nécessite que des ajustements et réglages. Prioritaire également, la formation, car selon une récente étude de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le Maroc est classé, en matière de ressources humaines, 113e sur 130 pays. En revanche, selon l’OMT, le Royaume est classé 20e en matière de sécurité.
Par ailleurs, pour le plan de développement à venir, Meknès veut mettre en avant la niche du tourisme culturel, mais aussi d’autres produits attractifs tels l’agritourisme, le tourisme de chasse, le tourisme sportif et le tourisme golfique.

■ Mettre en avant l’histoire et le patrimoine
De son côté, Imad Barrakad, président du directoire de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT), relève que «Meknès a un important produit à vendre.
Sa diversité, ses monuments historiques, sa richesse culturelle, son histoire et sa civilisation peuvent lui conférer le statut d’une destination touristique par excellence». Toutefois, et malgré ses atouts, Meknès reste une ville de passage.
Sa durée moyenne de séjour (DMS) n’a pas dépassé 1,5 en 2017. Il en est de même pour les nuitées touristiques qui se sont chiffrées à quelque 230.000. Meknès doit par ailleurs mettre à profit sa proximité avec l’aéroport Fès-Saïss, les axes autoroutiers et les villes de Fès, Ifrane et Volubilis. La valorisation des monuments historiques, l’animation culturelle et la promotion de la cité ismaïlienne ne sont pas en reste. Pour ce dernier volet, la création d’un site web, un guide touristique et une application mobile sont au menu. Ces outils renforceraient davantage la communication et la promotion de la ville classée en 1996 patrimoine mondial de l’Unesco.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc