Régions

Riche saison culturelle pour Fès

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5375 Le 19/10/2018 | Partager
La mairie, l’Institut français, et d’autres partenaires… animent la ville
Festivals, rencontres culturelles et moussem… au menu
festival_de_fes_de_la_culture_soufie_075.jpg

Du 20 au 27 octobre, Fès accueillera le Festival de Fès de la culture soufie. Cet événement, qui en est à sa 11e édition, est de plus en plus prisé par le public fassi. Le spectacle sera assuré cette année par les différentes Tariqas: Boutchichiya, Sqalliya, Sharqawiya, Rissouniya et Wazzaniya (Ph. YSA)

C'est parti. Jusqu’à la fin de l’année, la ville de Fès accueillera des activités culturelles de grande envergure. De l’avis de l’ensemble des acteurs de la ville, l’agenda culturel, tel qu’il est conçu aujourd’hui, aura d’importantes retombées sur l’économie locale.

En témoigne, le 21e Festival national de l’art du madih et samaâ qui a pris fin le 13 octobre et qui a connu une forte affluence. Organisé par le Conseil de la ville de Fès dans le cadre de ses activités culturelles, ce festival est considéré parmi les événements culturels majeurs de la capitale spirituelle du Royaume.

Initié sous le thème de «la paix spirituelle», l’événement vise en premier lieu à préserver et promouvoir ces arts, qui font partie intégrante du patrimoine religieux et culturel marocain. Le Festival national de l’art du madih et samaâ est l’un des temps forts des manifestations de la ville de Fès, avec le cumul de 21 années de travail et d’abnégation dans le créneau de l’art patrimonial ancestral, le madih et samaâ, que les organisateurs font vivre de génération en génération.

Ainsi, pour donner plus d’aura et de force à cet événement, le festival a choisi de se joindre à d’autres manifestations tout aussi importantes, tels le moussem de Moulay Driss El Azhar (et le Festival de Fès de la culture soufie (20 au 27 octobre). Le but est de faire de Fès, en ce mois d’octobre, une ville phare de l’art patrimonial haut de gamme, avec une ambiance d’amour, de tolérance et d’harmonie entre les cultures spirituelles et les pratiques soufies venues des différentes contrées du monde.

A noter que plusieurs groupes de musique soufie ont animé des soirées de dikr dans les zaouïas de la capitale spirituelle tout au long de la semaine dernière. Les festivaliers ont été également conviés à un colloque sur l’art du samaâ ainsi qu’une cérémonie d’hommage posthume au maître Abdelmajid Souiri.

Du 20 au 27 octobre, la ville accueillera la 11e édition du Festival de Fès de la culture soufie. Celle-ci mettra les femmes à l'honneur, en consacrant le spectacle inaugural à des artistes imprégnés de soufisme et des expressions qui puisent leur origine de ce répertoire. Initié sous le thème «présence du soufisme», cette édition sera marquée par la participation du soufisme du pays du Sham (Levant) qui, malgré la situation qui prévaut dans cette région, continue d’apporter une très grande richesse culturelle et patrimoniale.

«Nous voulons montrer que la présence du soufisme peut se manifester à travers divers domaines, notamment la littérature, la poésie, l’art, la philosophie», souligne Faouzi Skali, président du festival. Son programme prévoit une multitude d’activités, dont des tables rondes, des créations artistiques ainsi que l’organisation de nombreuses soirées de samaâ des différentes Tariqas: Boutchichiya, Sqalliya, Sharqawiya, Rissouniya et Wazzaniya.

Le 24 octobre, le public de Dar Batha aura rendez-vous avec le concert de musique «Sexteto Barbieri». Composé du pianiste Daniel Del Pino et d’artistes de l’orchestre espagnol de la RTVE, ce spectacle proposera un voyage dans le temps, plus précisément en Espagne du début du XXe siècle. Suivra une série d’autres spectacles qui animeront l’espace mythique de Dar Batha.

Rencontres internationales de la photo

Tout au long du mois de décembre, l’Institut français de Fès célèbrera la 11e édition des Rencontres internationales de la photo. Plusieurs lieux de la ville abriteront les activités de ces rencontres dédiées spécialement à la photographie. Tenues sous le thème «par-delà les territoires», ces rencontres réuniront une trentaine d’artistes de 19 nationalités. Ils accrocheront leurs œuvres sur les cimaises de la galerie de l’Institut français de Fès, mais aussi de Dar Batha, cinéma Boujloud ou des Foundouks fraîchement rénovés Chammaïne et Sbitriyine. Comme à l’accoutumée, plusieurs activités sont proposées aux férus de la photo, dont des expositions, des ateliers et des débats. Pour cette année, hormis les artistes internationaux invités, Mohamed Thara, plasticien et enseignant-chercheur en esthétique et théorie des arts à l’université de Bordeaux-Montaigne, présentera un projet qui s’intitule «territoires silencieux». Notons que cet événement est devenu un rendez-vous incontournable de la saison culturelle de l’Institut français du Maroc. Il offre une série d’expositions d’artistes et de workshop à destination de la jeunesse fassie.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc