Culture

Casablanca: La biennale internationale signe son retour

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5359 Le 27/09/2018 | Partager
L’événement investira de nombreux espaces de la ville
Une quarantaine d’artistes nationaux et internationaux
bab-bhar-hela-ammar-059.jpg

Bab B’har (La porte de la mer), une œuvre de l’artiste tunisienne Héla Ammar. L’artiste s’inscrit dans la lignée de cette nouvelle génération d’artistes dont la démarche exprime souvent une dualité intérieure, sociale et culturelle dans leur quête d’identité (Ph.Héla Ammar)

La 4e Biennale Internationale de Casablanca (BIC) fait son retour du 27 octobre au 2 décembre. Une quarantaine d’artistes visuels venus d’horizons divers (Maroc, France, Koweit, Afrique du Sud, Bénin, Etats-Unis….) sont invités à réfléchir sur le thème: Récits des Bords de l’Eau (Tales from Water Margins).

La biennale propose d’explorer, ainsi, des récits et vécus issus de contextes insulaires ainsi que le rapport aux affluents, mers et océans, dans une dimension à la fois historique et contemporaine, incluant les expériences de déplacement, voyage, migration et hybridité culturelle.

Ce thème, inspiré de la résidence de la biennale, Ifitry, située sur la côte marocaine dans la région d’Essaouira, versant sur l’Océan Atlantique, est aussi ancré dans certaines des caractéristiques liées au territoire marocain, au carrefour de la terre, de l’océan et de la mer. Il fait également écho à un grand nombre de questions sociétales contemporaines envers lesquelles les artistes réagissent sous diverses formes créatives.

Placée sous la direction artistique de Christine Eyene, l'édition 2018, promet de belles découvertes. Peinture, gravure, photographie, installation, performance, art sonore et nouveaux médias… la biennale est ouverte à toutes les disciplines visuelles et se déroulera dans plusieurs espaces emblématiques de la ville blanche dont la Villa des Arts de Casablanca, la Coupole, l'École Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, Instituto Cervantes, l'Église Buenaventura et d’autres encore.

Parmi les artistes nationaux on retrouvera les photographes Yoriyas Yassine Alaoui et Mehdi-Georges Lahlou, l’artiste contemporaine Fatima Mazmouz, le vidéaste Amine Oulmakki, l’artiste sonore Saïd Raïs ou encore l’enfant prodige Mo Baala.

L’évènement comprendra des expositions d'œuvres d'art existantes et nouvellement créées, ainsi que des projets de recherche plus étendus notamment avec les artistes Delaine Le Bas (Royaume-Uni), Yvon Ngassam (Cameroun), Yohann Queland de Saint-Pern (France- Île de la Réunion) et Youssef Tabti (France / Allemagne).

En plus des artistes cités, deux expositions seront individuellement commissariées par Yasmina Naji, fondatrice de Kulte Galerie et Éditions (Rabat) et Ema Tavola avec les artistes Margaret Aull (Fiji / Nouvelle-Zélande), Leilani Kake (Îles Cook / Nouvelle-Zélande), Julia Mage'au Gray (Australie / Nouvelle-Zélande / Papouasie-Nouvelle-Guinée), Kolokesa Māhina-Tuai (Nouvelle-Zélande / Tonga) et Vaimaila Urale (Nouvelle-Zélande / Samoa).

La Biennale programmera également des journées professionnelles dès le coup d’envoi de l’événement, du 26 au 29 octobre, avec des performances, des présentations d’artistes et des tables rondes organisées en collaboration avec l’École Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, le Musée Abderrahman Slaoui et l’Institut Français de Casablanca.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc