Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5344 Le 05/09/2018 | Partager

■ France: Un remaniement restreint

france_remaniment_044.jpg

Le président français Emmanuel Macron a remanié, le mardi 4 septembre 2018, son gouvernement pour compenser le départ de deux ministres. Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy a été nommé ministre de la Transition écologique pour succéder à Nicolas Hulot, dans un remaniement restreint. Lequel voit également l'ancienne nageuse Roxana Maracineanu remplacer la ministre des Sports Laura Flessel.     

■ Négociation d'un traité sur la haute mer
Les Etats membres de l'ONU ont donné, mardi 4 septembre 2018, le coup d'envoi  de la préparation d'un traité contraignant pour 2020 sur la haute mer. Le futur traité doit notamment permettre de créer des aires marines protégées, de favoriser le partage des avantages sur les ressources maritimes génétiques et les études d'impact environnementales, ainsi que de renforcer les capacités et les transferts de technologies marines.

■ L’exode des Vénézuéliens
Comment gérer l’exode massif des Vénézuéliens fuyant la crise dans leur pays? L’Amérique latine s’est réunie les 3 et 4 septembre 2018 à Quito afin de débattre d’une politique commune face à cette crise migratoire dans la région. Les propositions qui devraient être débattues vont de l’élimination des restrictions à l’unification des mesures régissant le transit des Vénézuéliens, en passant par la constitution d’un fonds commun à l’initiative de l’ONU, comme le propose la Colombie.  Il sera aussi question d’un système de quotas de migrants, comme l’a suggéré le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez lors de sa récente visite à Bogota. Il y avait annoncé un apport européen de 35 millions de dollars pour gérer cette crise migratoire, niée par Caracas.

■ Sommet Poutine-Erdogan-Rohani

exode_des_venezueliens_044.jpg

Le président russe Vladimir Poutine se rendra le 7 septembre en Iran pour un sommet sur la Syrie avec ses homologues iranien Hassan Rohani et turc Recep Tayyip Erdogan. Les préparatifs du nouveau sommet interviennent au moment où Paris estime qu’il fallait laisser la porte ouverte à la négociation pour éviter une situation dramatique dans la province d’Idleb qui compte quelque 2,5 millions d’habitants.
Déclenché en 2011, le conflit en Syrie s’est aggravé au fil des ans avec l’implication de pays étrangers et de groupes terroristes. Il a fait plus de 350.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc