Entreprises

Et si la BD remplaçait les manuels scolaires?

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5338 Le 28/08/2018 | Partager

C’est le projet original d’une startup composée de 3 lycéens Kenitris et portant le nom de Funtawn qui vient de remporter récemment la 4e édition de Tamkeen Initiative. L’idée est de simplifier des cours difficiles à digérer pour un élève comme l’histoire-géo, la philosophie, les matières scientifiques ou encore les langues.

Porté par Yassine, Chaimae et Imane, le projet innovant de la BD «Oncle Rahal» apporte une solution éducative de première importance. En effet, les élèves du niveau secondaire ont du mal à mémoriser certains cours compliqués comme la guerre mondiale ou les règles de grammaire de la langue arabe.

De plus, la complication de certains cours scientifiques et la lourdeur dans la conception des manuels scolaires rend difficile la mémorisation. Les trois lycéens, et lors de leur participation au programme d'innovation et entrepreneuriat sociale «Tamkeen initiative», ont abouti à l’idée d’utiliser le storytelling et la métaphore pour vulgariser les cours et faciliter la compréhension pour l’élève.

Le script est ensuite transcrit sous forme de BD accessible et ludique, en dialecte marocain et arabe classique, accompagnée d’une carte mentale qui résume le cours à la fin et aide à une meilleure mémorisation. Les illustrations et le script de cette édition première reflètent l'identité marocaine à travers le personnage principal, l'oncle Rahal. Lors de la compétition Tamkeen, Funtawn a rencontré le collectif Ta7rir, une organisation qui soutient l’innovation et la création artistique.

Cette rencontre a abouti à la création de la version finale de la BD Oncle Rahal, avec la participation de 13 artistes et un contenu de 5 cours (arabe, histoire, physique, chimie et philosophie) sur un total de 36 pages. Et c’est avec cette version que Funtawn a lancé sa campagne de crowdfunding cet été sur le site participatif Wuluj.

L’objectif était de lever un fonds de 24000 DH pour lancer la première édition de la BD, avec un prix de 40 DH l’unité. «Dans un futur proche, et avec les fonds levés, nous projetons de réaliser des mini-vidéos d’animation et des jeux vidéo qui seront mis en ligne sur notre site web en construction. La BD devra par la suite transcrire davantage de cours, aussi bien du lycée que du collège et du primaire», assure Yassin Hadry, co-fondateur de Funtawn.

Plus tard, les trois lycéens pensent à traduire la BD en français et en anglais pour pouvoir s’exporter dans toute la région Mena. De grandes ambitions et beaucoup de challenges attendent ces entrepreneurs en herbe. Ce qui est sûr, c’est que ce type de contenu pédagogique pourrait révolutionner la méthodologie d’apprentissage et stimuler davantage les capacités des élèves.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc