Entreprises

OCP-Abu Dhabi Oil Company: Une joint-venture de classe mondiale

Par Amin RBOUB | Edition N°:5273 Le 16/05/2018 | Partager
Le groupe marocain sécurise ses capacités de production en soufre
Synergies, complémentarité, logistique... pour satisfaire la demande en engrais
ocp-abu_dhabi_oil_company_073.jpg

Mostafa Terrab, PDG du groupe OCP: «L'alliance avec Adnoc s'inscrit parfaitement dans l'esprit de notre stratégie de développement, puisqu'elle renforcera davantage notre capacité à répondre et satisfaire la croissance de la forte demande mondiale en engrais» (Ph. OCP)

La production mondiale d'engrais compose désormais avec un producteur de classe mondiale. En effet, OCP Group et l'émirati Abu Dhabi Oil Company (Adnoc) viennent de confirmer leur intention de monter une joint-venture d'envergure mondiale dédiée à la production d'engrais.

«La future JV bénéficiera de la combinaison de grandes capacités de production de soufre, de l'expertise en ammoniac, gaz et logistique du groupe émirati, ainsi que de l'accès de l'OCP aux plus importantes ressources mondiales de phosphates en plus de sa position de leader dans l'industrie des engrais», confirment les deux partenaires.

Ce deal permettra la création d'une joint-venture en plusieurs étapes, avec la vocation de détenir des actifs industriels aussi bien à Jorf Lasfar (El Jadida) qu'à Ruwais aux Emirats arabes unis (EAU). L'enjeu derrière cette co-entreprise d'envergure mondiale étant d'enclencher une accélération dans l'exécution des stratégies de croissance des deux groupes partenaires. Ce projet vient suite au partenariat conclu en décembre 2017 (cf. L'Economiste n° 5179 du 29 décembre dernier) entre les deux alliés pour renforcer à plus long terme la fourniture de soufre.

Pour verrouiller cette alliance, OCP et Adnoc veillent au développement de compétences et à la formation des ressources humaines tant au Maroc qu'aux Emirats. D'envergure mondiale, la future co-entreprise de production d'engrais bénéficiera d'avantages compétitifs et de synergies entre les deux groupes, notamment sur le soufre, les expertises partagées sur l'ammoniac-gaz ou encore sur le plan de la logistique maritime et d'un large réseau commercial. Plus encore, la JV devra se déployer via deux hubs de production (à Ruwais et à Jorf Lasfar).

Ce qui garantit de nouvelles capacités de production et un accès privilégié aux marchés mondiaux. La co-entreprise intervient dans un contexte favorable puisqu'elle arrive juste après l'annonce d'une augmentation des capacités de production de soufre d'Adnoc. Ces capacités tournent actuellement autour de 7 millions de tonnes. Elles devront augmenter de 50% à mesure que la compagnie émiratie monte en capacités de valorisation et de traitement de ses ressources gazières.

Pour le management de l'OCP, «ce partenariat s'inscrit dans le contexte d'un programme d'expansion à grande échelle lancé pour la période 2008- 2028. Un dispositif qui vise à répondre à la croissante demande mondiale en engrais ». Achevée cette année, la première phase de ce programme a porté la capacité de production d'engrais du groupe marocain à 12 millions de tonnes. Quant à la capacité d'exportation de phosphates bruts, elle s'élève à plus de 18 millions de tonnes.

Selon Mostafa Terrab, PDG de l'OCP: «Cette alliance vient mettre en synergie les plus grandes réserves mondiales de phosphates avec les plus grandes capacités de production de soufre au monde ainsi que les synergies induites. Ce partenariat, de type nouveau dans le secteur, nous permettra de disposer d'actifs industriels intégrés et de classe mondiale avec une forte complémentarité géographique. L'alliance avec Adnoc s'inscrit parfaitement dans l'esprit de notre stratégie de développement, puisqu'elle renforcera davantage notre capacité à répondre et satisfaire la croissance de la forte demande mondiale en engrais».

Gros deal

Il y a 5 mois environ, le groupe OCP avait scellé un gros deal avec la même compagnie émiratie Adnoc. Le contrat portait sur l'approvisionnement à long terme, via une filiale du même groupe émirati, en grains de soufre. Fort de ce deal, le phosphatier du Royaume a pu sécuriser ses approvisionnements auprès de l'un des plus gros fournisseurs mondiaux, jusqu'à 2025. Les deux groupes ont convenu, rappelons-le, depuis fin 2017 d'opérer des augmentations graduelles des volumes annuels d'importations. Ce qui devra permettre de mieux gérer les fluctuations des cours à l'international. Les enjeux de cette première alliance, unique en son genre dans l'industrie du soufre, vient conforter la position de l'Emirati Adnoc en tant qu'un des plus grands exportateurs du soufre au monde. Par ailleurs, il permet à l'OCP de renforcer considérablement son approvisionnement durable au Maroc ainsi que sa capacité à réaliser des marges importantes. Au-delà du partenariat, le deal implique de nombreuses synergies qui permettront d'explorer le maximum possible d'opportunités à plus grande échelle. Par ailleurs, la filiale de la compagnie pétrolière Abu Dhabi compte mettre en ligne de nouveaux projets de gaz sulfureux, dans le cadre de sa vision pour atteindre l'autosuffisance en gaz à partir de 2030.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc