Régions

Tourisme: Les Algériens à la découverte de Tanger et sa région

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5271 Le 14/05/2018 | Partager
Un éductour pour faire connaître des destinations autres que Marrakech et Ouarzazate
Une opération orchestrée par la RAM et le Conseil régional
tanger-tourisme-071.jpg

Les côtes et les montagnes de la zone Nord, autant d’attraits pour les touristes algériens de plus en plus friands de la destination Maroc (Ph. Adam)

Malgré les tensions diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie, le tourisme a le vent en poupe chez nos voisins. En tout cas, c’est ce que démontre la visite d’un groupe d’agents de voyage algériens dans la région du Nord. Composé de plusieurs opérateurs dont une grande majorité de la région d’Alger et de Bejaia, le groupe a été invité par la RAM et le Conseil régional du tourisme de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.

Après un passage par Tanger en début de semaine, le groupe se rendra dans les villes de Tétouan, Larache, Chaouen avant de faire un détour par Fès et de retourner à Alger via Casablanca par voie aérienne. Les éductours concernant des opérateurs touristiques algériens ne sont pas rares, mais cette fois, il s’agissait, en association avec la RAM, de visiter des régions autres que le sud marocain, fort prisé par nos voisins de l’Est.

«Nous voulons offrir à nos clients des destinations nouvelles en plus de Marrakech et Ouarzazate», affirme l’un des opérateurs algériens qui assure avoir été séduit par la ville de Tanger.

L’aérien, seule connexion actuelle entre les deux pays, a connu un fort développement lors des dernières années. «Depuis 2014, les volumes ont connu une nette amélioration», explique Houssam El Iraqui, délégué de la RAM à Alger. C’est depuis cette date que le nombre de voyageurs a connu de fortes hausses.

«La RAM opérait avec 737 pour ensuite passer au 767 et puis le Dreamliner avec un vol par jour», indique le responsable de la compagnie. C’est l’équivalent de 250 passagers par jour dans les deux sens pour atteindre un total de 114.000 voyageurs en 2017. Mais pour la destination Nord, les choses sont un peu plus corsées.

En effet, si les liaisons aériennes permettent de rendre des villes comme Marrakech ou Agadir à la portée avec des connexions aisées, pour Tanger c’est plus ardu. Le choix se porte sur des liaisons aériennes compliquées avec un départ de Casablanca à minuit ou l’autocar avec cinq heures de route.
Un départ en avion avancé à 19h00 permettrait de rendre le transfert plus aisé et moins fatiguant, une demande très pressante des opérateurs locaux.

Le Maroc jouit d’une grande notoriété auprès du marché algérien et le sport n’y serait pas étranger, selon El Iraqui. D’après ce dernier, les entraîneurs marocains évoluant chez les équipes algériennes ont aidé dans ce sens. Du coup, des tendances fortes sont enregistrées en matière de concentrations sportives ou même de team-buildings, des produits plus accessibles au Maroc.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc