Régions

Fès: El Azami confronté à ses «années blanches»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5266 Le 07/05/2018 | Partager
Le maire invectivé pour l’absence de bilan de mi-parcours
L’infrastructure de 5 arrondissements confiée à Al Omrane, le tollé des élus
Fausse pudeur concernant le boycott lors de cette dernière session
fes-el-azami-066.jpg

Pour Driss El Azami El Idrissi, la réalisation des travaux de mise à niveau urbaine sera confiée à la société Al Omrane Fès dans le cadre d’une maîtrise déléguée, moyennant 50 millions de DH. Le maire de Fès affirme qu’il n’a pas délégué ses pouvoirs, mais juste l’exécution à une société «experte»   (Ph. YSA)

Il a fallu moins de 3 heures pour voter les 21 points à l’ordre du jour de la session ordinaire du Conseil communal de la ville de Fès. Présidés par le maire PJD, Driss El Azami El Idrissi, les 57 élus présents ce 3 mai 2018 ont certes approuvé les différents projets à l’unanimité, mais pas sans remarques. Des remarques infligées principalement par l’ex-vice-maire PI, Allal Amraoui, ou encore le conseiller (SAP), Abdelilah Fassi Fihri. L’Economiste revient sur les principaux points de la session de mai.

■ Les élus boycottent-ils «Sidi Ali»?

boycott_066.jpg

Il est pile-poil 10 heures quand Driss El Azami El Idrissi ouvre la séance. Ponctuel, le maire de Fès passe en revue son rapport d’activité avant d’entrer dans le vif du sujet. «Entre février et mai, les réunions, réceptions (ambassadeurs et maires des villes partenaires, entre autres), séminaires et comités de pilotage… s’enchaînaient», d’après le premier élu de la ville. Son compte rendu décrit un agenda chargé avec des réunions sur la réhabilitation de la médina initiée par le Roi, la création d’une SDL pour l’éclairage public, l’amélioration de la qualité de service du délégataire du transport City Bus, l’étude du Plan de déplacement urbain, ainsi que le e-gouvernement et principalement la signature électronique. Sans oublier la coopération décentralisée.
Il est presque 11h, l’eau est servie par deux hôtesses. Les conseillers communaux, habitués à recevoir des bouteilles de Sidi Ali, ont eu droit ce jeudi à des bouteilles d’eau de la marque Aïn-Saïss.
Constatant que les chasseurs d’images immortalisaient la distribution de l’eau minérale, les élus ont rapidement enlevé les étiquettes des bouteilles. «Histoire de respecter les sentiments des citoyens et garder une neutralité positive», confie l’un d’entre eux.

■ Une pensée pour «Hamid El Hazzaz»…

rue_hamid_el_hazzaz_066.jpg

L’avenue mitoyenne du complexe sportif de la ville de Fès portera désormais le nom de l’ancien gardien de but du MAS «Mohamed El Hazzaz», plutôt connu sous le prénom de «Hamid». Une décision qui soulève un autre questionnement, celui de la réhabilitation du stade Hassan II et du complexe sportif. «A cause de leur dégradation avancée, la ville a été privée de l’organisation de la CHAN et d’autres matchs d’envergure internationale», rétorque Allal Amraoui, marquant l’entrée du PI dans l’opposition. Pour rappel, depuis l’élection d’El Azami à la tête du conseil, et avec une majorité absolue, les élus PI se limitaient à un vote «passif». Et parfois sans aucune remarque. Ce 3 mai, l’on a senti le début d’une opposition constructive, basée sur un respect mutuel. Et le maire se prête au jeu. Il a d’ailleurs noté que, faute de moyens, la ville ne peut pas financer la mise à niveau des infrastructures sportives. «Mais elle devrait participer aux travaux de la pelouse. Le reste, équipements et autres, sera pris en charge par la FRMF», explique l’élu.

■ Encore pas de bilan à mi-mandat

fes_bilan_el_azami_066.jpg

Ce qui a été reproché à l’équipe de Driss El Azami ce 3 mai, c’est qu’elle n’a pas encore dressé son bilan à mi-mandat. A telle enseigne que l’élue PI, Halima Zaime, a qualifié cette période de «3 années blanches». Même son de cloche auprès de Allal Amraoui, qui a interrogé le président du conseil sur «les projets publics et privés (palais des congrès, musée, théâtre, Cotef, jardin botanique, restaurant Quick) approuvés lors des sessions précédentes et toujours inexécutés». Il en est de même pour le palais des congrès et l’hôtel 5 étoiles promis et contractés, depuis 2007, par la société Addoha, en présence du Souverain, et toujours à la traîne.
A ce propos, El Azami s’est dit prêt «à offrir cette parcelle à 0 DH à un investisseur qui réaliserait ce projet». Enfin, les élus ont appelé à l’évaluation de leur action lors d’une journée d’étude. Laquelle pourrait se tenir dans les prochains jours. «En attendant, il est nécessaire d’actualiser le plan d’aménagement de la ville dans les plus brefs délais», estime Abdelilah Fassi Fihri, élu SAP. Signalons que la session a été marquée par la protestation en silence d’une dizaine d’individus. Lesquels se disent mécontents de la gouvernance du conseil par rapport aux marchés de gros.
 
■ L’Intérieur offre une bouffée d’air pour la ville
Après trois années d’attente, et face au manque criant de projets, le ministère de l’Intérieur vient à la rescousse de la ville de Fès. Le département de Laftit offre, dans le cadre de 4 conventions multipartites, un budget de plus d’un milliard de DH à la ville.
Une enveloppe auquelle participent notamment le ministère de l’Habitat et la Commune, et dont la moitié (500 millions de DH/ 5 ans- de 2018 à 2022) sera dédiée à la mise à niveau des quartiers sous équipés dans les différents arrondissements de la ville, en dehors de la médina. Car, celle-ci jouit d’un autre programme de plus de 560 millions de DH, financé par l’Intérieur, l’Habitat et d’autres partenaires. «Cette opération sera confiée à la société Al Omrane dans le cadre d’une maîtrise déléguée, moyennant un budget de 50 millions de DH, soit 7% de l’enveloppe globale», précise le maire qui assure que la Commune gardera le contrôle sur ces projets.
La réhabilitation de la médina, des monuments et parkings sera, elle, prise en charge par l’ADER, opérateur indiqué pour ce chantier, souligne le maire.

 De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc